Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Ou est le centre ?

 

Le ralliement forcé de Bayrou à Macron, forcé et non spontané, car c’était la seule solution pour Bayrou de durer encore un peu…ne signifie pas que ces deux là représentent le centre. En effet celui-ci est pour une bonne part aux Républicains, puisque l’UDF et le RPR avaient fusionné pour créer l’UMP, et que l’UDF regroupait tous les centristes. En outre, les autres centristes sont à l’UDI, puisque le Modem ne représente quasiment plus rien en termes d’élus et de militants. Et, même le brave Jean Lassalle l’a quitté, épuisé par le caractère solitaire et moralisateur de Bayrou. En outre la définition du centre que Macron essaie de mettre en avant est celle du, ni droite ni gauche…ce qui n’est pas la définition qu’en a toujours donnée Bayrou. En effet, héritier de la démocratie chrétienne, sa conception du centre est d’abord philosophique sur la base du personnalisme communautaire. Ensuite elle se veut sociale dans l’esprit de plusieurs encycliques papales qui ont repoussé l’économie moderne. Et enfin elle est européenne dans le but de parvenir à un état fédéral.

 

Macron soutenu par les capitalistes que sont Niel et Drahi

 

Du côté de Macron soutenu par les capitalistes que sont Xavier Niel ou Patrick Drahi, les conseillers du prince, bien impliqués dans la finance internationale, que sont Jacques Attali ou Alain Minc, l’engagement éthique semble bien différent. Et ce d’autant que plus qu’il a le soutien d’un autre milliardaire, en la personne de Pierre Bergé, ardent défenseur de la GPA… Comment peut-on imaginer que Bayrou supporte cela longtemps ? Comment peut-on imaginer qu’il abandonne les valeurs qui ont animé toute sa vie ? Comment peut-on imaginer qu’ils peuvent construire un programme commun? Personne n’y croit vraiment et c’est la raison pour laquelle cette alliance fera « pschitt », l’argument de Bayrou selon lequel, son abnégation est motivée par le fait d’éviter la victoire de Marine Le Pen ne trompe personne, et le peu de supporters qui lui reste ne le suivra que partiellement. En fait Macron n’a pas besoin de Bayrou et s’il l’accueille c’est naturellement par tactique par opportunisme très compréhensible. Mais quand il lui faudra faire des choix plus clairs d’ici quelques semaines, lors des débats à venir, Bayrou pèsera peu.