Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Evitons les calculs primaires

Les 20 et 27 novembre prochains se tiendra l’élection primaire de la Droite et du Centre visant à désigner le futur candidat des formations concernées à l’élection présidentielle de 2017. Bel exercice de démocratie s’il en est, l’élection primaire étant avant tout un scrutin politique, elle n’échappe malheureusement pas aux petits calculs politiciens que l’on peut voir depuis plusieurs jours. En effet, on constate, ci et là que certains candidats n’ayant aucune chance de l’emporter profitent de l’occasion pour obtenir une simple tribune médiatique, que certains accords de second tour seraient joués avant même de connaître l’issue du premier et même que certains petit(e)s candidat(e)s se verraient sponsorisé(e)s par un candidat majeur afin d’ennuyer un autre candidat. Bref, toutes les combines politiciennes qu’à juste raison les français détestent (et moi aussi). L’erreur majeure a été à mon sens de calquer la primaire de la droite et du centre sur celle du parti socialiste de 2011. Déjà à l’époque, pas mal d’opportunisme et de calculs avaient germé dans la multitude de candidature dont une bonne moitié n’avait aucune chance de l’emporter.

L’ensemble des candidats devrait s’engager à n’occuper aucun ministère 

S’il est trop tard pour réécrire la primaire de la droite et du centre de 2016 et s’il faut bien entendu en attendre l’issue avant de tirer des conclusions hâtives, certaines corrections me paraissent indispensables si jamais nous devrions rééditer cette opération en amont d’une élection nationale (ou même locale). Tout d’abord, l’ensemble des candidats devrait s’engager à n’occuper aucun ministère durant l’ensemble du mandat concerné. Cela permettrait déjà de séparer les véritables candidats à la Présidence de la République des candidats à Matignon et autres adresses ministérielles. Ensuite, la Primaire devrait se dérouler sur un seul tour, cela permettrait d’éviter toutes les stratégies de report au second tour en échange d’un strapontin à venir. Le candidat sortant serait donc celui qui obtiendrait le plus gros soutien populaire loin des calculs politiciens dignes des IIIe et Ive Républiques.

Ces deux résolutions très simples permettraient déjà de limiter les ambitions et de clarifier un scrutin pour le moment jugé trop brouillon par l’opinion.

Vous me direz surement qu’il faudrait beaucoup plus de courage aux candidats pour se présenter à une élection primaire ainsi organisée mais je vous répondrai volontiers que le courage est justement une vertu à remettre à l’honneur par la droite républicaine si elle veut renouer avec l’héritage de ses glorieux ainés.