Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Le TSS (tout sauf Sarko) est lancé !

Il est des moments dans la vie politique où tout semble se liguer contre un homme politique - de surcroît ancien Président de la République - pour accumuler contre lui un certain nombre d'affaires (liées notamment à se présidence passée entre 2007 et 2012).Au lieu du rêve d'une guerre-éclair dictant la dynamique de la campagne au point d'imposer aux autres candidats le "temps" et les problématiques, c'est une véritable semaine de cauchemar que vient de connaître Nicolas Sarkozy (qui perdure aujourd'hui même avec l'interview de Franck Attal - Bygmalion - chez Bourdin) dont tous les observateurs ont pu remarquer à nouveau la capacité de résistance et d'encaissement sans qu'il y ait, pour le moment, de KO dans les urnes des primaires. Il avait pourtant réussi, dans un premier temps, à obliger ses rivaux à se positionner par rapport à lui, véritable agitateur de l'actualité toujours en bonapartiste au Pont d'Arcole. Et puis comme disait Jacques Chirac "les emmerdes, çà vole toujours en escadrille". Ce fut le cas comme le montre leur "catalogue" : le 26 septembre deux de ses proches (de la DCRI et de la police judiciaire) placés en garde à vue ; mardi "mediapart" révèle qu'on aurait retrouvé dans les carnets d'un ancien dirigeant libyen la preuve du versement de 6 millions d'euros au profit de la campagne de 2007 de l'ancien Chef d'Etat ; jeudi son conseiller publie, aux sources d'un dictaphone enregistrant les échanges avec le Président, un livre "au vitriol" intitulé "La cause du Peuple" où Nicolas Sarkozy apparaît comme "un homme sans conviction, dicté par ses intérêts et infantilisé par sa femme" ; ce même jeudi un documentaire de France 2 sur l'affaire BYGMALION suivi de la dénonciation vigoureuse, indignée et revancharde d'un Jean-François Copé bien décidé à faire éclater la vérité.

Les emmerdes, çà vole toujours en escadrille

Réaction attendue à Chantilly du candidat Sarkozy au cours d'une réunion de ses partisans pour mieux leur indiquer immédiatement le caractère minéral de sa détermination : "Quand on est candidat à la Présidence de la République on doit avoir le cuir épais, très épais ... on ne recule pas, même devant l'outrance, même devant la bassesse, même devant la calomnie" se comparant à quelques uns de ses prédécesseurs, Pompidou, Chirac, Mitterrand. Que tirer comme conséquences politiques d'une telle accélération de l'histoire ... dans les mauvais sens et au mauvais moment. Cette résurgence du passé ne ravive-t-elle pas des souvenirs qui vont faire bouger les centristes et les modérés des "Républicains" ; le "TSS", le tout sauf Sarkozy ne va-t-il pas trouver du grain à moudre chez tous ceux qui ne veulent plus du retour du duel Sarkozy-Hollande ? La posture de victime est-elle encore tenable pour un ex-Chef de l'Etat qui veut imprimer à nouveau au pays son propre volontarisme ? L'ambiance de la primaire de la droite ne va-t-elle pas conduire à un climat de guerre "des clans" démontrant ainsi les limites des primaires (à gauche comme à droite) ? De plus, à force de flirter avec des thématiques déjà mises en campagne par le FN, N. Sarkozy conforte son noyau dur mais en perdant peut-être l'électorat flottant, indécis et modéré, clé du premier comme du deuxième tour ... Echappera-t-il à sa formidable faculté, selon P.Buisson, "d'accumuler les promesses en période électorale avec la ferme intention de n'en tenir aucune" ? Autant de questions qui montrent que le passé très riche de l'ex-Chef de l'Etat a énervé et continu à énerver beaucoup de monde ... Mais il a aussi l'expérience de tout ça ... Elle sera d'autant plus utile que c'est aussi avec son passé qu'il devra faire campagne !