Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Autopsie d'une crise de régime

 

En ces moments rarement, voire jamais vécus sous la Vème République depuis le retour du général de Gaulle en 1958, où le cannibalisme médiatique se dispute aux annonces d'une sondocratie consultée, il est tentant et ô combien utile de prendre, avec des historiens (Pierre Rosanvallon) des politologues (Dominique Reynié), un juge (Jean de Maillard) et un constitutionnaliste (Jean-Eric Schoettl), le recul nécessaire à une ou à des interprétations confirmant d'ailleurs qu'en politique autant que dans d'autres domaines "nous sommes les interprètes des interprétations". Pour P. Rosanvallon "nous vivons un basculement démocratique en France comme au niveau mondial qui se manifeste par la progression de la culture populiste et par l'effondrement de la démocratie des partis". Il ajoute concernant les annonces de F. Fillon "que les propos qu'il a tenus le 1er mars contre la presse et la justice marquent un tournant populiste dans la campagne présidentielle". Entendre de tels propos en France, de surcroît de la part d'un ancien Premier ministre est "inédit en France", occasion de rappeler que "le populisme naît des dysfonctionnements démocratiques", et que, malgré les appels à une VIème République personne n'a vraiment proposé, en dehors du Professeur Robert Misrahi (dans "Existence et démocratie"), une refondation démocratique dans le sens de la formation de ce que Rosanvallon appelle "démocratie d'exercice". Cette campagne reflète malheureusement une panne d'idées alors que chacun attend des propositions autour du triptyque ("GRAAL" d'aujourd'hui) : "Redéfinir la démocratie, l'Europe et le contrat social". Reste qu'il faut s'armer intellectuellement pour être présent sur le terrain des idées parce que "le parti ne produit plus ni culture politique, ni programme, ni projets de loi. Il est devenu un rameau mort !".

 

Le tohu-bohu judiciaire autour de l'affaire Fillon détourne des vrais enjeux du scrutin (D.Reynié)

 

Pour D. Reynié "le tohu-bohu judiciaire autour de l'affaire Fillon détourne des vrais enjeux du scrutin et les Français risquent de ne découvrir qu'après avoir voté qui gouverne et pourquoi". Et D. Reynié d'espérer que "la gravité des faits justifiait d'empêcher le bon déroulement de ce rendez-vous démocratique considéré comme la clé de voûte de nos institutions". Et si la fin de ce mode d'élection du Président était d'ores et déjà condamné au nom d'une démocratie plus continue et plus "républicain". Pour Jean-Eric Schoettl, ancien Secrétaire général du Conseil Constitutionnel, "comment ne pas ressentir un profond malaise devant un feuilleton judiciaire devenu le carburant essentiel du bûcher médiatique, alimentant celui-ci aux dépens de la présomption d'innocence, des droits de la défense et du secret de l'instruction" et de continuer en affirmant que "l'électeur devient l'otage de la procédure" et qu'il y a "collision entre temps judiciaire et temps électoral". Autant dire que le constitutionnaliste semble nous rappeler ce qu'il nomme "les procès staliniens" et qu'il importe de "ne pas faire fi du temps électoral". Enfin, Jean de Maillard juge et philosophe du droit et de la pratique judiciaire, souhaite que le prochain Président lance une réforme pour garantir une véritable indépendance des magistrats, sinon notre démocratie n'aura toujours pas réglé le rapport entre ses institutions. Autant de points de vue qui illustre bien l'importance des enjeux d'une campagne présidentielle dont les originalités sont l'occasion idéale de repenser la justice, les institutions et les rapports du Droit et du Politique quand la politique est plus que jamais saisie par le droit.