Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Un programme ? Pour quoi faire ?

Primaires et élection présidentielle oblige, nous sommes déjà inondés de programmes, de réductions d'impôts pour les ménages, le tout saupoudré d’une réduction drastique des dépenses de l'Etat. Nous repartons, une nouvelle fois, pour un concours du candidat qui dira le mieux ce que l'on veut entendre. Une fois élu, le temps de rédiger, voter et publier les décrets d'application, le train de l’innovation sera déjà loin : l’exemple de la future taxe « AirBNB «  votée pour le budget de 2017 en est un exemple parmi d’autres. Car c'est de cela qu'il s'agit pour cette élection : nos gouvernants seront-ils dans le timing du monde ?  Chaque seconde compte en économie aujourd’hui. En bourse, on raisonne en nanoseconde. Il ne faut quand même pas en arriver à ce point mais le politique, dans ce monde à très grande vitesse, mais le temps du politique doit-il être même que celui des années 1970 ? 

Chaque seconde compte en économie aujourd’hui

La réponse est dans la question. La France ne pèse pas lourd dans les équilibres mondiaux. Les Français sont conscients de cette réalité mais certains politiques continuent de faire croire l'inverse pour flatter le populisme. Un bon politique est-il un guide absolu ou un organisateur d’avenir ? Évidement, c'est la deuxième vision du politique qui doit être privilégiée. Il doit favoriser l'organisation de la vie économique plutôt que sa régulation, choisir  la vision long terme plutôt que la prochaine échéance électorale. Donnons sa chance à la personne qui permettra l’émergence de structures permettant une grande souplesse à notre pays, plutôt que de vouloir réglementer à tout prix ce qui échappe à la lenteur de confection de la loi. Mais les électeurs sont-il prêts à élire quelqu'un qui, en fait, ne propose pas grand chose, surtout pas de cadeaux ? 

Certains éditorialistes sont pessimistes sur ce sujet jugeant que le plus menteur l'emporte à chaque fois …