Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Avez-vous votre permis de voter ?

20 novembre, une date qui résonne chez Les Républicains. Les jours défilent et, pour l’instant, rien ne bouge dans les différents classements et sondages publiés. Alain Juppé conserve la tête avec une posture rassembleuse face à un Nicolas Sarkozy, toujours plus clivant, qui perd du terrain. Les grandes manœuvres sont en route en coulisses. Pour les Sarkozystes, il est urgent de semer le trouble dans le cortège électoral potentiel. Les études le montrent : plus on resserre sur Les Républicains, plus Sarkozy a une chance de gagner. Alors, coûte que coûte, il faut faire fuir les électeurs en masse ! L’activisme des soutiens de l’ancien patron des Republicains sur les réseaux sociaux le montre : c’est la panique. Même s’il faut être agressif verbalement, cela n’a plus d’importance, il faut provoquer l’exode. Il ne faut pas « se faire voler la primaire ». Le ralliement, tardif, de l’UDI derrière Alain Juppé a encore ajouté à la grogne.

Il faut faire fuir les électeurs en masse ! 

Certificat de votant convenable

La primaire de la droite et du centre semble voir arriver deux arbitres facilement prévisibles mais cruciaux : la gauche et le Front National. Il faut faire le maximum pour décourager les socialistes de voter. Gérald Darmanin menace d'utiliser les coordonnées des votants, demande le recomptage des signatures sur la charte pour débusquer "les parjures". Même Olivier Faure, député PS " brûle des cierges pour que ce soit Sarkozy ! " . Tout est permis. Un arrière-goût de méthode soviétique, comme quoi, même à droite, on peut être tenté par ce genre de méthode. Mais ne dites surtout pas que les choix des thèmes de campagnes ont mené à cette situation. Sinon, vos paroles vous mèneront au goulag politique. En choisissant le front de la droite extrême, Nicolas Sarkozy a pris une option qu’il doit assumer.

Une Primaire OUVERTE !

Les Républicains se sont piégés eux-mêmes, il faut qu’ils l’acceptent. Il y aura, en des proportions diverses, des votants de toutes origines politiques comme pour la primaire de gauche en janvier 2017. Nos politiciens ont fait le choix d’une présidentielle à six tours, exerçons notre pouvoir d’électeurs et votons aux six tours ! Ne nous faisons pas voler la présidentielle par les militants des partis.