Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

À votre bon coeur 1 euro,2 euros ou 5 euros

La semaine passée j'évoquais les primaires de la droite et....de la droite. Ça y est ils sont huit qualifiés: sept hommes une femme. Henri Guaino, lui préfère partir à la chasse aux cinq cents signatures. Nul n'en disconviendra, il ne peut décemment pas s'abaisser à concourir avec la piétaille du parti les Républicains. Il est d'un autre niveau, enfin il le pense! Bref de l'autre côté de l'échiquier politique, ce n'est pas une mais deux primaires qui vont avoir lieu. Car côté front de gauche, le grand autocrate Jean-Luc Mélenchon s'est auto-déclenché il y a bien longtemps. L'insoumis qui ne se résoud pas à être en classe éco et qui n'arrête pas de se peopoliser (de plus en plus prolixe sur son régime dans Gala). Les écologistes en plein compostage arrivent tout de même à sortir quatre candidatures. Les députés européens Yannick Jadot, Michèle Rivasi et Karima Delli, et l'incontournable ex ministre Cécile Duflot. Cette dernière ayant forte à faire pour conserver son poste de députée en juin prochain, ne pouvant plus compter sur Martine Aubry comme en 2011 et un accord à l'arraché, pour quelques misérables voix aux primaires socialistes et radicales de gauche. Ou l'on voit tout de suite la force de conviction de la candidate verdâtre après avoir caboté entre le gouvernement et Jean-Luc Mélenchon. Le dénouement du vote des quelques dix mille voix attendues aura lieu au plus tard le 6 novembre. Même pas sur la France un nombre de vote supérieur au nombre d'habitants d'une ville comme Ramonville saint Agne ou Saint-Jean autour de Toulouse ou au nombre cumulé d'habitants de Gruissan et Valras-plage! Remarquez à 5 euros la participation.... Toujours à gauche, plus centré, l'O.v.n.i Macron qui s'est mis en marche. Vers quoi ? Vers où ? Une petite idée trotte bien dans la tête des observateurs et j'oserais même: jusque dans la sienne. Est-ce un effet d'annonce? D'aubaine? De réelle volonté des français de ringardiser celles et ceux qui de droite et surtout de gauche trustent les postes depuis plus de vingt voire vingt cinq ans..? Pour le moment, ce virevoltant jeune homme énerve beaucoup de monde par son positionnement et son parcours politique forts peu conventionnels. Enfin arriveront les primaires de la gauche en janvier. Déjà Arnaud  Montebourg est sorti de son Habitat pour se déclarer candidat. Sa grande gueule assumée lui a certes joué des tours en 2007 déjà...aura-t-il retenu quelques leçons de modestie oratoire? Dans tous les cas, depuis son recul du gouvernement il a tout fait pour nous envoyer, à nous: public, les "cartes postales" nécessaires pour ne pas l'oublier: de son recul du monde politique, à sa reprise d'études jusqu'à sa récente paternité et sa prise de fonction en entreprise. En termes de communication il n'a rien à envier aux ténors de "les Républicains". Même profil politique, moins éloquent, parfois trouble dans sa pensée laïque cependant, Benoît Hamon a quant à lui formé "Elpis", un micro parti. En grec ancien cela signifie Espoir. Personnellement, je suis persuadé qu'il prépare 2022 et son come back spécial (pour les fans de 68). Hormis les duettistes excellents Gérard Filoche et Marie-Noelle Lienemann dont je me demande encore ce qu'ils font dans ce parti là, ne reste plus qu'à envisager la candidature du président sortant.

Macron s'est mis en marche. Vers quoi ? Vers où ?

François Hollande est-il en capacité de se présenter? De gagner les primaires? De proposer pour un second mandat? N'a-t-il pas que l'envie de gagner l'ex en ne comptant que sur un second tour gagnant contre Marine Le Pen ? Son mandat aura été plombé par son ex dès les premiers jours et ce, pendant longtemps. Son mandat aura été planté par son ministre Cahuzac dès les premiers mois pour toute la durée du quinquennat. Son mandat aura été planté par son "manque de bol" comme il l'a confessé concernant les chiffres du chômage. Son mandat aura été planté par une défiance orchestrée dès son arrivée par l'opposition autant que par son recours à l'énarchie à outrance. Enfin son mandat aura été planté par des erreurs de communication flagrantes à ce niveau. En face de cela, les éjections de ministres accusés ou supposés avoir enfreint la loi, au moment où un Nicolas Sarkozy était prêt à investir à nouveau l'escroc notoire du 92, passent inaperçues. Les lois sur la transparence, le non cumul des mandats font pschitt , alors qu'elles représentaient  pourtant de bonnes avancées pour notre vie démocratique. Bref les chances de François Hollande sont minimes. Je souhaite vivement que la primaire de janvier ne soit pas trop tardive pour laisser émerger un vrai projet réaliste et porteur d'espoirs et pas seulement en matière économique. Quant aux radicaux de gauche qui n'ont pas, eux, quitté le navire aux premières sirènes venues, ils viennent d'élire une femme à leur tête, l'ancienne ministre Sylvia Pinel. Et sa participation ou celle d' Annick Girardin, ministre en exercice, qui a fait connaître son envie de concourir éventuellement au nom des Radicaux de gauche lors de ces primaires, n'est pas tranchée à ce jour. La loyauté et la fidélité ne sont pas vassalité. Les valeurs mêmes, comme la laïcité chère aux radicaux fait beaucoup trop débat au sein de la gauche pour être galvaudée. Bref si le désordre régnait à droite en attendant les qualifications aux primaires jusqu'au 9 septembre, on dirait bien que la cacophonie va régner désormais à gauche et que le premier tour des élections présidentielles va être un carnage. Est-ce que pour un si grand intérêt qu'est la France, la gauche va réussir à ne pas s'étriper ? Penser que les populistes et rancistes* ne parviendront pas à briser le plafond de verre électoral est aussi dangereux que lorsque David Cameron a misé sur la victoire du non au référendum sur le Brexit!

Forces progressistes du pays unissez-vous !