Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Rentrée des classes: 15 par classe minimum

Et oui la nouvelle législature va prendre ses marques. A partir du 27 juin, une toute nouvelle assemblée nationale, reconfigurée à 75%, va prendre place et siéger, enfin féminisée à 42%. Pour celles et ceux qui considèrent que la dictature macroniste est en marche, qu'ils et elles se rassurent, leur entrée est prévue aussi. Et oui, les grandes gueules vont siéger dans cet antre de la dictature. Je ne parle pas de tribuns car pour cela, outre la maîtrise du fait oratoire, la maîtrise des idées serait nécessaire. Or, les populistes des deux bords maîtrisent mieux l'art du buzz et des fake news que le reste. N'est pas Jaurès ou Clémenceau qui veut ! Entre ceux qui arrivent en famille comme à leur habitude depuis 1974, et les autres aussi républicains que raci(ali)stes, il va y avoir du sport pour faire respecter réellement la République au sein même de l'hémicycle. Reprenant les bonnes manières de papy Le Pen, le sieur Mélenchon, tout heureux d'être enfin élu au scrutin uninominal, a décidé de faire le clown, ou le spectacle, c'est comme on veut. Sûr de son effet sur les médias, il n'hésite pas à cabotiner et faire son petit chef, là où au PS il fermait son clapet ...la peur de perdre son siège obligeait. Aujourd'hui, le voilà enfin avec une once de légitimité populaire, et il compte bien faire le buzz en lieu et place de faire régner le débat d'idées. Et un coup sur son homologue mathématicien de renom et un coup sur le drapeau européen, bref le clown !

La France Insoumise : non ce n'est pas ma gauche. Ma gauche essaie d'élever les consciences

Le souci est que la France Insoumise accueille en son sein des députés d'une drôle d'éducation: du genre qui défendent une certaine ségrégation, le port du voile, type Clémentine Autain, ou qui ont du mal à se sentir bien en France républicaine type madame la députée Obono. Je ne reviens pas sur l'interview à RMC, je découvre ce que l'on me dit être les représentants du peuple de ... gauche ! Pour moi la haine et la racialisation de la société pour expliquer, et surtout monter une partie des citoyens contre les autres, ne me disent rien qui vaille en France. Ce phénomène très connu outre Atlantique, issu d'une autre culture de ségrégation, il y a 50 ans encore, n'est pas notre culture ! Que des apprentis sorciers politiciens s'en emparent pour de sombres calculs électoraux me déçoit ! Non ce n'est pas ma gauche. La mienne ne réduit pas un citoyen à sa "race". Ma gauche essaie d'élever les consciences de toutes et tous. La "lutte des classes" ne doit pas être remplacée par la "lutte des races" pour tenter de s'accaparer les votes des quartiers populaires. Ma gauche ne se confond pas avec l'extrême droite. Tout ça pour dire que ces carnets de campagne qui s'achèvent après neuf mois vont donc continuer sous la forme de carnets du quinquennat. Mon parti pris durant ces présidentielles pour le sport adapté, la marche, ne guidera pas pour autant chacun de mes éditoriaux. En effet, semaine après semaine, il sera plaisant d'analyser la recomposition du paysage politique français. Les départs à la retraite, les figures de proue qui vont apparaître, le comportement des survivants, les affaires. Pour ce qui est de ces dernières, on croirait revivre le Tour de France et ses affaires de dopage. Avant il fallait cinq ans ou plus avant de savoir. Puis un an. Puis presqu' immédiatement. En politique, on vit le même scénario: du temps de Chirac il fallait dix à quinze ans pour qu'une éclate. Puis sous Hollande quatre à six mois. De nos jours moins d'un mois. Bientôt serons-nous aussi intransigeants que nos voisins nord-européens qui virent un ministre pour une note de frais personnelle payée avec de l'argent public ? ... Bientôt ... C'est vrai qu'il vaut mieux faire du cinéma comme le député Ruffin, et déclarer vivre avec le SMIC, lorsque l'on a des revenus complémentaires (dixit Alexis Corbière) plutôt que s'attaquer aux sources premières du problème de gaspillage ! Espérant donc que les guignoleries annoncées des uns n'amèneront pas de surenchères de la part de l'extrême droite. Car si monsieur Cahuzac a, en son temps, souillé le palais Bourbon de ses déclarations mensongères, le dégagisme de 2017 a eu comme vocation de porter en son sein du renouveau. Autant le peuple français pourra supporter des approximations de la part d'une nouvelle génération de députés, nouveaux élus pour la plupart et surtout nouveaux en politique. Autant des discussions stériles sur des sujets graves agrémentés de gesticulations oratoires ou scéniques pour passer à la télévision ou sur internet ... ce sera non !