Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Politique 1.0, 2.0, 3.0 ...

 

Me voilà de retour dans le champ complexe de la politique française. Complexe par le jeu des acteurs. Complexe par la recomposition qui s'est amorcée depuis quelques semaines. Mais que de bonheur d'aborder pour vous cher(e)s lecteurs(trices) les tourments, les méandres des positionnements de chaque candidat.
Cette semaine je suis à Paris. J'ai débuté mon périple par un moment de rugby samedi au Stade de France, avec un scénario digne de ceux des plus beaux péplums de Cinecitta. Au bout du bout du suspense, la France s'est imposée après 100 minutes de match, quand un match normal n'en comporte...que 80 ! La morale était que le match n'est terminé que lorsque l'arbitre aussi anglais(nul et partial) soit-il, souffle le coup de sifflet final. Force est de constater qu'entre les sondages qui ne reflètent qu'en partie la volonté des votants et le comportement  individuel de chacun des protagonistes, rien ne sera acquis jusqu'au soir du second tour. Depuis vendredi dernier, ils ne sont plus que onze qualifiés pour le premier tour. Même si nombre de candidates ont disparu, ne proposant des femmes candidates qu'aux deux extrémités de l'échiquier politique, ne voir ni Michèle Alliot-Marie ni Rama Yade en lice ne me déplaît pas. Pour commencer, je confirme que lorsque l'ailier de poche du XV du Parlement n'a de cesse de passer des accords avec des moribonds verts ou quémander un soutien au PRG, structures qui à elles deux pèsent au mieux 3-4%, il y a un comme un quelque chose de "pourri" dans la stratégie à "la pépé" du gagnant des primaires de la Belle Alliance Populaire. Par ailleurs, j'avoue que la démission de Bruno "lerelou" (lapsus ô combien révélateur de Stéphane Le Foll) ministre socialiste de l'intérieur, pourfendeur de François Fillon et tricheur lui aussi, n'arrange pas les affaires de campagne de Benoît Hamon. 

 

Le 3.0 se passe en ce moment: une offre nouvelle, centriste, fédératrice



Mardi, alors que ma déambulation pédestre me rapproche du musée Rodin, je repense au clip de campagne de Marine Le Pen. Elle avait le choix entre: une pose comme "le penseur" du célèbre artiste ou une autre à la "de Kersauson": une jambe à terre, l'autre à l'équerre, le regard lointain tenant la barre ... le centenaire de la mort du célèbre sculpteur ne l'a pas effleuré ... la reprise de l'iconographie du clip de campagne du pseudo père maudit l'a emporté ... " Étonnant non? ", omme aurait dit Pierre Desproges.
De son côté, le problème principal que rencontre le fan de quinoa est de n'avoir pour ambition que de battre les socialistes, ce qui est assez réducteur certes mais suffira à lui assurer de pouvoir voyager en première classe, durant les prochaines années . Ou quand l'avenir du pays sert de prétexte pour assouvir des rancoeurs personnelles ... A marcher ainsi à Toulouse ou à Paris, il n'aura échapper à personne mon attirance pour l'activité physique adaptée depuis fin janvier... et pour le trentenaire candidat. Emmanuel Macron incarne un certain renouveau. Outre sa relative jeunesse, sa courte carrière hors parti établi fait sa force. Certes nombreux sont celles et ceux de droite comme de gauche qui désormais le trouvent extraordinaire : de Philippe Douste Blazy au maire de Blagnac (peut-être,...après le ralliement des ministres). Bref outre ces ralliements de dernières heures ou minutes, ce jeune candidat porte à ce jour des valeurs de probité intellectuelles et personnelles qui manquent à nombre des cinq gros prétendants.
A propos je n'ai pas encore évoqué le gagnant toutes catégories en la matière: François Fillon. Mais parler du costard que se taille tout seul, semaine après semaine, ce candidat serait comme tirer sur une ambulance ... A propos n'est-ce pas ce qu'il fit pour gagner ses primaires? Le mis en examen qui se "retirerait si..." ne veut plus entendre parler le François de novembre... Il nous en a sorti une bien bonne encore: le prêt de sa fille pour s'acquitter de ses impôts!..Depuis hier, il donne dans le mythonage, avec son histoire du "cabinet noir" de François Hollande. Mais ôtez moi un doute: est-ce François Hollande qui aurait employé fictivement Pénélope Fillon ? "Alzeihmer et paranoïaque à cet âge, c'est un peu jeune...", me confiait un panaméen du nord, à la Fourche, autour d'un café, vendredi matin....entre deux averses.

 
Quant au six autres, malgré leurs patrimoines non négligeables, malgré pour l'un, Nicolas Dupont-Aignan, une présence médiatique inversement proportionnelle à sa valeur sortie des urnes, pour l'autre, François Asselineau, un nombre d'adhérents revendiqué de l'UPR inversement proportionnel à sa présence politique, il leur sera difficile d'exister durant cette campagne. La recomposition politique à laquelle nous assistons et qui prend peu à peu forme, au grand dam des tenants d'une politique issue du XXème siècle, et des grands courants de pensées politiques, est entrain de tout balayer sur son passage. Sera-ce la forme ultime de politique? Je n'y souscris pas. Tout comme le marketing commercial doit sans cesse s'adapter pour prendre en compte les évolutions des habitudes de la population, l'offre politique n'est qu'à sa troisième phase de changement. Le 1.0 était l'offre d'avant et d'après seconde guerre mondiale. Le 2.0 est arrivé il y a 10 ans avec l'émergence d'un François Bayrou et la campagne presque hors parti de Ségolène Royal. Le 3.0 se passe en ce moment: une offre nouvelle, centriste, fédératrice, les réseaux sociaux et internet sont partis prenantes de la logistique d'organisation. Tout comme la technologie, la façon de faire de la politique évolue de plus en plus vite. Le rôle, le poste du politique restent identiques. Changent la manière d'aller vers le citoyen et le retour a priori que veut le citoyen: la transparence. Ainsi suivant la théorie de Charles Darwin: prenant en compte les variations, ne survivront que celles et ceux qui s'adapteront. Les autres seront voués à disparaître peu à peu.
Pour ma part, je sens bien que je m'adapte mieux aux variations climatiques à Toulouse. D'ailleurs me voilà devant la gare Montparnasse...Ô Toulouse!
Sinon vivement le 4.0...