Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

La parole raciste se libère de nouveau

Ma réflexion avait commencé pour moi dès la cérémonie d'ouverture des JO de Rio. Daniel Bilalian,directeur des sport France 2, avait déclaré que l'esclavage au Brésil avait été "nécessaire". Je me souviens qu'en 1991, sur "Antenne 2" à l'époque, il avait été évincé après une émission débat suite au film "Lacombe Lucien" pour «Irresponsabilité et non-maîtrise de l'antenne», se faisant déborder par des fachos et autres nazillons d'invités. Depuis il sévissait aux sports. Enfin à 69 ans il est remercié. Pour autant, sur la même antenne, une autre boulette bien malodorante passera au sortir d'un combat de boxe remporté par un Français... Juste rattrapé par le second commentateur. Je me demandais:" Sont-ce seulement la crise et aujourd'hui la vague d'attentats qui libèrent ces nauseauses paroles et pensées ? " Puis sont arrivées les affaires des arrêtés municipaux anti burkinis. Pour moi à l'idée même qu'une femme puisse en France porter un morceau de tissu qui rappelle la burqa, même par son nom, me revulse. Donc j'ai été attentif à ces prises de positions ci et là. L'analyse de Jean-Jacques Bolzan (adjoint au maire de Toulouse et conseiller régional UDI) sur ces arrêtés me va très bien. Sur son mur Facebook, il analyse comment et pourquoi il trouve ces arrêtés instruits et de bon sens dans cette France laïque. Le souci est l'utilisation abusive de ces arrêtés et la verbalisation à tout va, dont les ressorts tiennent plus d'ostracisme que d'application de la loi de 1905. Pour continuer dans la décomplexion coupable, Paul Bismuth se déclare pour les primaires à droite avec un discours emprunt de valeurs extrêmes droitières... Il ne lui reste que cet espace politique pour exister, et faire croire au peuple que sa batterie de casseroles qu'il traîne derrière lui, ne lui sert pas de prime motivation pour revenir au plus haut niveau. Je n'ose même pas imaginer que Vincent Bolloré, son grand ami, puisse détruire les plus belles émissions de dérision et d'investigation de Canal Plus pour faire place nette à Paul et lui permettre d'une part d'être "immunisé" contre la justice de son cher pays, et d'autre part de flinguer le service public, dont l'audiovisuel. Paul, pas le poulpe... Bismuth avance sous couvert d'un discours stigmatisant, souvent hors du droit et parfois aux accents populistes ! La décomplexion sans limite !
La laïcité est un bouclier commun et non une arme à utiliser les uns contre les autres. Il y a quelques années j'écrivais que "Marine Le Pen était à la laïcité ce que le surimi et au crabe", Christian Estrosi le motodidacte sans baccalauréat, depuis, est à la laïcité ce que le nuggets est au poulet et l'ex, au top, est aux principes républicains ce qu'une facture est à ses comptes de campagne! Le problème est que les primaires sont encore dans trois mois...

 

 

L'utilisation abusive de ces arrêtés et la verbalisation à tout va

 

La libération de la parole raciste est préoccupante. Les politiques qui veulent gouverner se meuvent dans l'espace médiatique de plus en plus en fonction du vent et non plus en fonction de convictions. Ils ne sont plus que le miroir grossissant des affres de la société. Le professionnalisme de la fonction politique est à son pire stade;  non l'appréhension des postes mais la vision carriériste. Entre clientelisme et décomplexion, quand nos élus s'occupent-ils des missions de leur poste ? L'intérêt general ? Le peuple ? Et quand on pense qu'une des premières pensées des elu(e)s nationaux est de revenir sur le cumul des mandats... Quel foutage de gueule ! Je conclus ma modeste reflexion alors que le conseil d'Etat a tranché. Pour moi la République française y a perdu plus qu'elle n'y a gagné. Elle y a gagné peu en stoppant l'offensive de ces maires aux motivations rances. Le tribunal a apaisé le débat. Elle a beaucoup perdu car cet arrêté sonne comme une victoire de ceux qui veulent asservir au travers du port de tissu 51% de l'Humanité. Ces maires de droite ont voulu contenter leur foutu électorat à la va-vite....Voilà ce qu'il en advient. Le racisme ordinaire a, soit dans les médias (même publics), soit dans notre société encore beaucoup trop de place ! Prenons garde, l'insidieux crée parfois de très gros dégâts.