Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Havrin, reviens s'il te plaît !

 

Theo, Adama et Mohamed. Trois prénoms associés à des bavures policières en Seine Saint Denis. Le fameux département du 93. Le stigmatisé département du 93. L'abandonné département du 93: même pour des remplacements les professeurs ne veulent pas s'y rendre. Que font les politiques ? Pourtant le présidentiable Hamon et le numéro trois de l'Etat (président de l'assemblée nationale) en sont issus. Ce malheureux territoire de la République est abandonné. Les politiques d'une certaine gauche s'en accommode même comme ils s'accommodent de la loi de 1905, ou de celle de 2004. On appelle ça : acheter la paix sociale... Il faut bien penser à se faire réélire. Qui a parlé de clientélisme ? Voyons pas de "gros mots" ici. Si M6 diffuse un reportage sur les affres de ce type de comportement, on traite les journalistes de "fachos", c'est bien plus facile que de se battre pour arranger la situation... Bref des situations conflictuelles  sont légion. Des arrestations, et ce au faciès, sont communes. Des bavures, il y en a. Peu sur l'ensemble, certes, car les forces de police font très bien leur travail dans l'immense majorité des cas. Mais bavures il y a. Non, nous ne sommes pas aux Etats-Unis. Et il faut punir chaque bavure. Oui, 60 jours d'ITT, 10 centimètres de blessures au rectum et les séquelles qui vont rester à vie ne peuvent être juste le fruit d'une arrestation "musclée". Et d'une glissade intempestive d'une matraque. En ce sens, le rapport de l'IGPN n'est pas acceptable. De même, Marine Le Pen est hors propos lorsqu'elle se refuse à condamner cet acte !...Pour se faire élire... Dans "C dans l'air", jeudi 9 février sur France 5, un syndicaliste policier de l’Unité SGP-FO, Luc Poignant avait, par ailleurs, jugé l’insulte "bamboula" comme  "à peu près convenable". Malgré ses excuses, le mal a été fait. Le plus surprenant c'est qu'à la suite de ce truste épisode médiatique, un homme que je croyais de valeur, le magistrat Philippe Bilger twittait, à froid, à 21h35 " On a fait un drame de #Bamboula. Me souviens de mes années de collège où ce terme était beaucoup plus sympa, presque plus affectueux que raciste !". Les abysses étaient atteintes. Enfin le pensais-je. Raphaël Enthoven twittait, le 10 février :" Quelle différence entre un policier pour qui "bamboula =encore convenable" et Nacira Guénif pour qui "espèce de juif n'est pas une insulte "?"....la concurrence victimaire ? Y-aurait-il une compétition ? Ou etait-ce pour alerter que la décomplexion de la parole raciste qui plus est presque "expliquée" est un fléau.. ? En attendant, l'Etat a suspendu les quatre policiers et l'un d'eux est mis en examen pour viol. Un nouveau témoignage de Mohamed est venu apporter un regard complémentaire concernant le policier à la matraque chercheuse. Assez pour diligenter une nouvelle enquête de l'IGPN sur saisine du ministre de l'intérieur. Va t elle se conclure par l'explication d'une glissade du pauvre citoyen s'étant entravé par erreur les pieds dans un trottoir ? Ou allons nous avoir enfin droit à un rapport moins complice avec certains représentants des forces de l'ordre? Adama Traore, Théo et aujourd'hui Mohamed le mérite.

 

Aujourd'hui, on récolte ce que l'Etat a semé


Les relations entre police et citoyens dans ces quartiers sont détériorées. Je n'écris pas ces lignes à charge contre les policiers qui eux ont bien du mal à mener correctement leurs missions de maintien de l'ordre dans certains territoires de la République. Je n'écris pas à décharge des citoyens résidants dans lesdits territoires. Je constate que depuis 2003, un certain Nicolas Sarkozy alors ministre de l'intérieur de Jacques Chirac était venu jusqu'à Toulouse où la police de proximité donnait des premiers résultats pour....démonter cette noble initiative arguant que la police "n’est pas là pour organiser des matchs de rugby". Jean Pierre Havrin alors directeur départemental de la sécurité publique sera démis de ses fonctions moins d'un an plus tard. Depuis ce temps là et jusqu'à là fin de son mandat présidentiel, les effectifs et moyens policiers vont baisser. Aujourd'hui, on récolte ce que l'Etat a semé. Suite à cette bavure, malgré les suspensions et mise en examen, appels au calme de Théo et sa famille, les banlieues s'embrasent. Nous n'en sommes pas au niveau de 2005 cependant, soyons vigilants. Alors oui Jean-Pierre Havrin manque par sa vision, par sa projection, par sa volonté d'instaurer le dialogue avec comme media: le sport. Oui  Jean-Pierre Havrin est toulousain comme moi. J'ai donc ce souvenir cruel de sa mise à l'écart. Et aujourd'hui cette belle initiative serait peut être étendue sur l'ensemble du territoire national. Au final, treize ans plus tard ? Deux camps s'affrontent ou se défient. De chaque côté, des humains pourtant. Non point d'angélisme de ma part, juste ce constat simple que l'ex-président a une partie de responsabilité dans cette crispation. Le climat et donc explosif actuellement. Les politiques de premier plan à droite, extrême ou de gouvernement, pour les présidentielles, sont mouillés dans des affaires de contournement de lois et de détournement d'argent public en France ou en Europe. Toujours prompts a donner des leçons de mains propres et de lutte contre tout détournement de son utilité de l'argent public, chaque famille politique se prend les pieds dans le tapis de l'honnêteté et éthique politique de base. A 70 jours des élections, les candidats en sont réduits à laisser comparer les journalistes à ceux qui "conduisaient les trains durant la seconde guerre mondiale"... ou à faire huer la justice et ses représentants dans les meetings. Quelle honte ! A gauche cela reste l'alliance :"oui mais plus tard". Les Verts vont se coucher pour des circonscriptions, rien de changé depuis Cécile Duflot. Si, juste l'impression d'inflexibilité de Yannick Jadot... Quelle profondeur de convictions !  Benoît Hamon, coincé avec sa ligne "à gauche toute", espère rassembler en syphonnant les voix de Jean-Luc Mélenchon, puisqu'il se refuse à se tourner vers les 40% qui n'ont pas voté pour lui lors du second tour des primaires citoyennes. Bref on sent là une ouverture d'esprit qui sent bon la démagogie d'opposition. Le PS version Hamon serait-il le parti symétrique de "die Linke" d'Oscar Lafontaine, de l'autre côté du Rhin ? Reste l'énigmatique Emmanuel Macron. Prochaine étape début mars : Le programme. Sa marche présidentiable (et non impériale) en agace beaucoup. Il est haut dans les sondages. Il rassemble du public dans et hors meetings. Il plaît et gêne. La boule puante ? Il serait homosexuel. C'est crade, veule ... Et pas seulement relayé par la fachosphère. D'ailleurs d'autres articles de la fachosphère le depeignant à l'envie comme un traître au pays sont soigneusement relayés par de bons petits soldats socialisants... Quel exemple !  Pourtant l'adresse du site publiant ces articles "torche-cul" ne laissent aucun doute, cela ne les arrêtent pas ! Comme si cela ne suffisait pas, notre présidente de Région Carole Delga a du porter plainte après avoir été menacée de mort. Et ce après des débats houleux avec les élus du Front national lors d'une séance plénière du conseil régional d'Occitanie. Mais à quel niveau en sommes nous ? Allons nous devoir connaître un meurtre comme celui de Joe Cox, élue anglaise assassinée car elle était contre le Brexit ?


Ressaisissons-nous, non de non ! Il en va de notre vie démocratique quoique puisse en penser Michel Onfray. Je ne milite point pour un retour de morale. Je veux, nous voulons de l'éthique. La "main prise dans le pot de confiture" ? Plus de possibilités de se présenter à un mandat électif. Ah oui, c'est "radical". Je l'admets. Mais après tout, cela existe pour certains emplois ; pourquoi ne pas appliquer ce principe pour qui veut nous représenter ? Vous laisseriez élire un délégué de classe convaincu de larcins ou de vols au sein de la classe de votre enfant ? Si la réponse est "non", on a à parler ensemble. Si la réponse et "oui" alors votez en conscience et restez loin de moi.