Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Depuis 2005 on le sait, il n'y a pas de plan B !

 

Ce carnet de campagne ouvert depuis la rentrée 2016 m'apporte beaucoup de satisfaction. Juste en remarque préalable, je pensais un peu naïvement, je le concède, qu'avec l'avènement de trois primaires, un vrai débat d'idées s'engagerait. A celles et ceux qui, me lisant, auraient déjà la réponse toute faite à la bouche du type:" tous pourris" ou "le fric dirige tout", je me permettrais de les renvoyer dans les cordes du ring idéologique. La rencontre d'un(e) candidat(e) avec le peuple se fait pour partie sur la personnalité et pour partie sur le programme. Force est de constater que le "Canard enchainé" a investigué sérieusement sur le candidat sobre, voire lénifiant parfois, François Fillon. Non qu'il soit besoin de prouver qu'employer des membres de sa famille est illégal, la qualité du travail et le montant des rémunérations perçues sont proprement indécentes. Et oui, vouloir être président de la République requiert de la probité,  honnêteté et éthique. Une somme avoisinant le million d'euros aurait été touché par Pénélope Fillon et ses enfants par son Ulysse de mari durant une bonne partie de son odyssée parlementaire. A comparer au salaire médian 2015 des assistants ou collaborateurs parlementaires de 2250 euros nets par mois, cela ferait presque une vie active entière de collaborateur d'élu lambda... Bref de quoi élever correctement cinq enfants et payer des études en droit et en finances et envisager sereinement l'avenir du petit dernier. Bref là où chacun va travailler ou emprunter pour financer tout ou partie de ses études, la famille Fillon a su trouver les financeurs pour leur prêt bancaire.....Nous, nos impôts à taux zéro en plus, sans compter les leçons de morale twittées par ce fervent chrétien: "le pouvoir doit être exemplaire pour être legitime #Fillon2017", ou il y a une injustice sociale entre ceux qui travaillent durs et gagnent peu, et ceux qui ne travaillent pas et touchent de l'argent public #Poitiers". Bref le "Canard" à beau être traité de média gauchiste, même le Figaro relaie les vicissitudes du candidat de droite... Le programme... du coup passe au second plan. Cependant le plan B, la droite n'en a pas. Car le second et troisième des primaires, outre d'avoir été largement dominés, sont soient issus des affaires comme le maire de Bordeaux avec la galaxie Chirac, soit en plein dedans comme l'ex. C'est certain que parler des comptes publics à redresser quand on a soit même pioché dans le pot de confiture...c'est raide ! 1000 000 d'euros. Oui car tout compte fait, la "Revue des deux mondes" et ses indemnités de licenciements hors du commun font grimper l'addition du perçu sans réelle preuve de travail. Ça me rappelle Xavière Tiberi et son rapport à 30 000 euros (200 000 francs) seulement....truffé de fautes d'orthographe. 1000 000 d'euros c'est quoi ? Oui, comptons ensemble, à la caricature près: 1 euro on sait: 1 baguette. 10 euros: un paquet de cigarettes et un briquet. 100 euros: une bouteille en boîte de nuit. 1000 euros: un petit smic. 10 000 euros: une petite voiture. 20 000 euros: une berline. 100 000 euros: un studio ou un petit T1 hors Paris. 200 000 euros: un appartement ....mais 1000 000 ? Qui peut dire de tête à quoi cela correspond ? Mis à part le tarif mensuel de telle ou telle star du ballon rond s'il vous plaît...! Imaginez vous toucher 2000 nets durant toute votre vie active 42 ans. 1450 euros pour débuter et finir à 2550 euros nets par mois. Lissés cela revient à 2000 euros nets par mois. Sachez que vous aurez travaillé 42 ans et touché au final 1000 8000 euros sur votre compte en banque. Voilà pourquoi ça révolte ce que l'on apprend monsieur Fillon !

 

Mélenchon : Il a le goût, le discours de la gauche et de la laïcité....mais sans plus

 

Voilà pourquoi vos probes paroles de campagne sont battues en brèche ! Alors plan B ? Marine Le Pen ? Ben justement, les agissements au niveau du parlement européen sont a priori emprunt d'autant d'honnêteté hasardeuse que celle du leader de la droite. Les "mains propres" ne le sont plus vraiment ? Évidemment pour l'un comme pour l'autre "il y a complot". Du "judeo-maçonnique", on a glissé vers celui des "médias". Si l'on peut regretter l'emballement mercantile des médias en général, quand cela sert un camp, le politicus vulgus sait citer ces sources. Un peu comme les commentaires des sondages auxquels personnes ne croient sauf lorsqu'ils lui sont favorables. Ensuite, dans l'actualité ce week-end il y avait notre bon hologramme de gauche. Avant on disait le "Canada dry", depuis samedi on dira "l'hologramme". Il a le goût, le discours de la gauche et de la laïcité....mais sans plus. Juste pour faire le buzz, assouvir une soif de vengeance et assez pour payer ses vols en première classe. Emmanuel Macron, lui continue à étonner. Tout le monde l'attend sur du dur. Son programme détaillé. En attendant, on lance des rumeurs sur son homosexualité supposée ou sur des dépenses durant son mandat ministériel... Attention, là il y a niveau d'attaques ! On sent la profondeur de pensée pour la France de ses détracteurs ! Enfin avait lieu l'investiture du candidat gagnant des primaires citoyennes. Benoît Hamon. Soutenu par tous les caciques du PS dont l'inusable courageuse, planquée du quinquennat, Martine Aubry. Et en l'absence de Manuel Valls, la star fut Christiane Taubira. Sortie de son placard doré de nouvelle hégérie de toute la gauche, elle ne trouva rien à redire sur la laïcité vue par la gauche du PS...elle qui porta les couleurs radicales, c'était il y a longtemps...en 2002. Justement les radicaux sont plus libres que jamais. Cette semaine, une tribune parue dans Libération, de radicaux de gauche légitimistes est venue agrémenter la vie politicienne. Avant même la  réunion du 8 février, comité directeur national, qui ne verra pas les pro Macron s'exprimer, cette lutte interne au PRG risque d'être fatale au plus vieux parti de  France. L'adaptation à une nouvelle forme d'engagement est en train de s'installer peu à peu dans notre paysage politique. Les petits partis de par leur mode de fonctionnement peuvent en être les premières victimes. Soit cette année. Soit au plus tard en 2022. Les jeux d'appareils ne sont plus supportés comme avant par les citoyens. Pourquoi ? Principalement car le corpus idéologique qui soutendait discours et alliances n'est plus là. Ma conclusion cette fois est que si Emmanuel Macron est actuellement le grand gagnant de la primaire citoyenne et des affaires de François Fillon, à l'autre bout de la chaîne politique un parti est en train de vivre peut-être, un des plus difficiles moments de sa vie à l'orée de ses 45 ans d'existence propre. Et cela m'attriste sincèrement. Et là non plus pas de plan B !

 

Cet editorial est modestement dédiée au jeune Théo