Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

"Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent" E. Faure

Les feux de l'actualité étaient braqués cette semaine, comme bien d'autres depuis la rentrée, sur l'ex. Et oui le bien nommé Nicolas Sarkozy. enfin Nicolas-Paul Bismuth- Sarkozy. Toujours dans la légèreté, il apparaît quasiment tous les jours. Et l'un pour asséner des contre-vérités sur le climat, et l'autre pour tenter de faire plier France Télévisions, et le troisième pour proposer des "solutions" inconstitutionnelles en matière de terrorisme. Le tout, en se gardant bien d'appliquer la moindre de ses phrases-propositions à lui-même. Le fossoyeur de la République qu'il est depuis sa prise de fonction place Beauvau, voilà quatorze ans, veut remettre cela. La segmentation de la population, la communautarisation des citoyens français, c'est son truc. Lui le fanatique des sondages ne rêve que de cela. Adapter son discours en fonction du public qui est face à lui. L'homme se démultiplie pour occuper l'espace médiatique et ainsi noyer son concurrent direct à la primaire de la droite et...de la droite: Alain Juppé. 
Dans ces colonnes, une signature (Stéphane Baumont) traitait voilà peu l'actuel résident de l'Elysée de "piètre président"...soit, alors il me tarde de le lire concernant les candidats principaux des joutes de novembre. En effet, le choix quoique pléthorique sur le papier apparaît étriqué si l'on se fie aux divers sondages: sortira gagnant soit un multi mis en examen, soit un condamné pour affaires politiques..... Le candidat n'en sera là-aussi que "piètre", cela est certain.
 
Sarkozy : Le fossoyeur de la République

Nicolas Sarkozy se moque au gré de ses sorties politico-médiatiques de son successeur au 55 rue du faubourg Saint-Honoré, il n'en adopte pas moins ses travers supposés. Paul Bismuth change de discours sur le mariage pour tous. Nicolas Sarkozy change de discours sur les accords du Touquet. On se croirait dans les livres pour enfants: "Nicolas n'a rien à se reprocher" "Paul fait volte face" " Nicolas se justifie sur la Libye" .....on va avoir toute la collection d'ici novembre. Je ne suis pas un comique, juste un acteur intéressé par la vie publique. Je veux attirer l'attention sur le danger que représente cet homme pour nos concitoyens. Deux dernières preuves? N'a-t-il pas, vivant ses derniers moments de président de "les Républicains", investi Patrick Balkany pour les législatives de juin 2017 ? Seuls le tollé général, l'intervention d'Alain Juppé et les risques politiques encourus ont changé la donne ! N'a-t-il pas, pour assurer l'intérim de la présidence de " les Républicains", nommé Laurent Wauquiez ? à qui, même le non soupçonné d'intelligence gauchisante, Patrick Devedjian, aurait envoyé ce cinglant, "Toi, le démocrate-chrétien, tu devrais relire la convention européenne des Droits de l'Homme" en novembre 2015. Que de progressisme à la tête de la droite dite de gouvernement..... Revenons à cet homme qui a de drôles d'idées comme celle de trahir un des piliers de la République, juste entré en fonction: la laïcité ... C'est loin pour vous ? Rappelez-vous donc son discours au palais du Latran, voilà bientôt dix ans: et sa tentation claire et nette de casser la loi de 1905, sous couvert de " laïcité positive", arguant que " l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur dans la transmission des valeur dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal". Même si manifestement il n'a pas été le plus assidu ni à l'école, ni au catéchisme, compte-tenu de son actualité, le candidat à son retour n'en est pas moins aussi républicain que certains pays du monde sont des démocraties. Peut-être a-t-il un style plus musclé et moins l'art de la synthèse de son successeur, toujours est-il que Nicolas Sarkozy traîne tellement de souffre derrière et autour de lui que j'ai encore beaucoup de mal à comprendre pourquoi les Français se tourneraient vers lui. Depuis son retour en politique, son parti penche de plus en plus à l'extrême, lorgnant toujours plus sur l'espace politique qu'occupe la famille Le Pen et leurs affidés qui s'étend de Rivarol jusqu'aux ex baudisiens toulousains désormais. Oui je le reconnais, cette tribune est à charge. Contre un candidat à la présidentielle qui ne sait pas comment il va financer son programme économique, qui ne veut plus respecter la règle des 3%, revenir sur des accords qu'il a lui même signés et qui veut juste baisser les déficits publics....en proposant quoi? moins de police, moins d'armée, moins de sécurité sociale? pour les deux premiers, on en a vu les effets malheureusement spectaculaires ces derniers mois. Et oui comme beaucoup j'ai regardé " L'émission politique" de France 2....
 
En conclusion, Nicolas Sarkozy sur un credo libero-identitaire a beau s'inspirer en filigrane du général de Gaulle et de sa phrase hautement polémique reprise par son "amie" (?) Nadine Morano :"Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne", il semblerait bien qu'il ait fait sienne une autre citation du Général: " Les français sont des veaux", comptant bien sur leur apathie pour revenir aux affaires, oui mais attention Nicolas, le même illustre écrivait : "La mollesse française est d'une extrême épaisseur"... Verdict le 27 novembre!