Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Occitanie : Non ! le Plan Littoral 21 de la Région n'est pas dans le sillage de la "Mission Racine"…

 

Il y a deux manières de faire de la communication institutionnelle. La première serait de faire connaître aux payeurs et aux bénéficiaires – les électeurs-contribuables que nous sommes ! – des actions ou des programmes engagés par une collectivité publique  leurs coûts réels ainsi que les résultats attendus ; la seconde, de leur présenter, aux mêmes, des « paquets » de projets aussi vagues dans leurs objectifs qu’imprécis dans leur chiffrage – exagérément gonflé ! Dans ce dernier cas, c’est évidemment la valorisation politique de l’exécutif aux rênes d’une collectivité, non l’information objective du citoyen concerné qui explique à la fois la forme et le fond d’une séquence de « communication ». Et l’expérience démontre que nous baignons quotidiennement dans ce flux permanent de publicité-propagande, qui passe et se diffuse par tous les relais d’information, sans filtre et analyse critique, le plus souvent, pour ne pas dire toujours.

 

Reste que le lecteur de la presse régionale, ou l’auditeur ou le téléspectateur, lui, notamment, peu informé des dessous de cette opération à grand spectacle, ne manquera pas de la mettre en relation avec l’historique, elle, Mission Racine

 

Prenons l’exemple récent de la Région Occitanie, la présentation de son Plan littoral 21 et l’accord-cadre signé à Montpellier, en grande pompe médiatique, par Carole Delga, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve et le représentant de la Caisse des dépots et consignations. Laissons de côté la présence en personne du chef de gouvernement et de la date choisie, à la veille d’une élection présidentielle – et de législatives, en suivant –  qui suffirait pourtant à démontrer le caractère propagandiste de la « chose ». Que nous dit-on ? 1 milliard d’euros seront investis sur la période 2017-2020 ! S’agit-il d’une information nouvelle ? Non, et pour la seule raison que cette somme représente le budget consolidé (la somme des budgets consacrés par les différentes collectivités et partenaires privés, et des prêts de la Caisse des dépôts) d’un ensemble d’opérations déjà programmées et de nature très différentes : ports, musées, éoliennes en mer, pôles de compétitivité, parcs naturels régionaux, etc. Reste que le lecteur de la presse régionale, ou l’auditeur ou le téléspectateur, lui, notamment, peu informé des dessous de cette opération à grand spectacle, ne manquera pas – ce qui lui est fortement suggéré dans le texte de présentation – de la mettre en relation avec l’historique, elle, Mission Racine. Placer à ce niveau d’audace politique, celui des grands chantiers d’aménagement du littoral de la région des années 60, voilà qu’elle était en réalité l’objectif de cette communication sur cet accord-cadre. Rien d'autre ! Je n’insisterai donc pas sur l’outrecuidance à se placer ainsi dans le sillage de leurs concepteurs et réalisateurs… Finalement, à bien y regarder, la seule information nouvelle rapportée par les médias est que « Le petit Bernard (Cazeneuve) venait en vacances… chez sa mère et ses grands-parents entre Bouzigues et Saint Geniès-de-Malgoirès. » Ah bon !