Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Le pathétique appel de Carcassonne du PS

 

Lundi, 6 janvier, à Carcassonne, à l'initiative de Carole Delga¹, les principaux élus socialistes de la région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée – présidents de conseils départementaux, députés, sénateurs… – ont décidé de formaliser et d'apporter leur soutien à Benoît Hamon dans un "Appel" au rassemblement, dont ils auraient pu se passer, tant il est… pathétique. Un texte fourre-tout, sans cohérence politique, et susceptible même d'évoluer nous dit-on, où la majorité de ces élus, qui soutenaient et faisaient campagne pour Manuel Valls et la défense du bilan du quinquennat de  François Hollande, se placent désormais dans le sillage du vainqueur de la primaire qui, pourtant, n'a jamais cessé, depuis l'élection de François Hollande, d'en combattre la ligne et ses réalisations.Une tribune sans squelette idéologique et dans laquelle les signataires entendent "lui apporter" (à Hamon) leurs "réussites en matière économique et sociale, ce rapport au réel qui permet à des femmes et des hommes de progrès de diriger la très grande majorité de nos départements et de notre région" (sic!) … Comme si l'élection présidentielle était le décalque d'élections régionales ou départementales !

 

Des citoyens qui ne supportent plus des comportements marqués par l'absence de loyauté d'élus envers leurs propres engagement

 

J'imagine la tête de Benoît à la lecture de ces plates et ridicules recommandations, qu'en bon, et vieux routier de la politique, malgré son jeune âge, il saura évidemment décrypter : "Bien ! ils s'alignent et mangent leurs chapeaux". Pas tous quand même ! Patrick Vignal, le Catalan Jacques Cresta, la Nîmoise Françoise Dumas et... Anne-Yvonne Le Dain, la députée de l'Hérault, n'ont pas signé ce texte, et, dès hier soir, j'en recevais (d'Anne-Yvonne) le communiqué (le sien) qui en précisait clairement ses raisons : "Malgré les appels à l'unité lancés depuis sa (celle de B. Hamon) victoire, je ne vois aujourd'hui aucun signe d'ouverture au courant réformateur et social-démocrate auquel j'appartiens. Dans ces conditions, je ne peux pas signer un texte qui ne parle pas d'avenir, d'entreprises, d'innovation, de science, et qui maintient une taxe sur les robots, alors même que les pays ou l'emploi se développe sont ceux ou il y a le plus de robots. La peur de l'avenir ne peut tenir lieu de politique publique". Une prise de position ferme et cohérente, bien dans le caractère de celle à qui jadis j'eus à faire quand elle était la Déléguée Régionale à la Recherche et aux Transferts de Technologies (Souvenirs!) du Languedoc-Roussillon ! Une attitude respectueuse aussi de l'intelligence de citoyens qui ne supportent plus des comportements marqués par l'absence de loyauté d'élus envers leurs propres engagements, et convictions. Une posture rare, enfin, tant la sincérité et le courage manquent en ces temps troubles et si peu vertueux...  Hier soir aussi, en forme de réponse à nos élus socialistes occitaniens, le Monde annonçait que le vainqueur de la primaire mettait la dernière main à son organigramme de campagne dont la direction serait confiée à deux députés PS, Mathieu Hanotin, qui fut son directeur de campagne pendant la primaire et Jean-Marc Germain, un des plus proches lieutenants de la maire de Lille, Martine Aubry… Tout un programme !

¹Carole Delga, qui doit son éphémère Secrétariat d'État à Hollande et Valls !