Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Dossier de L'Express : Est-elle à la hauteur ?

Excellent dossier réalisé par Manuel Cudel et Jean-Luc Ferré dans le dernier numéro de l’Express, daté du 30 novembre.   On ne présente plus ici Manuel Cudel, qui fut le patron de la rédaction narbonnaise du Midi Libre et à qui on doit, après avoir succédé à Jacques Molénat dans l’Express, de précédents dossiers sur des personnalités régionales de premier plan. Je pense notamment à celui, épatant, qu’il avait consacré « aux secrets de l’empire Nicollin. Cette semaine, c’est  la jeune présidente de la Région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée  qui fait l’objet de tous ses soins. Avec une question en titre : « Carole Delga est-elle à la hauteur  ».Une question à laquelle il ne répond ni par oui ni par non, au terme d’une enquête très équilibrée. Sa plume oscille en effet entre  une certaine empathie au vu d’un parcours politique aussi rapide qu’inattendu et le constat mitigé d’une pratique présidentielle « pointilliste » qui n’est pas sans me rappeler celle de présidents d’exécutifs régionaux issus comme elle de territoires ruraux.

 

Une certaine empathie au vu d’un parcours politique aussi rapide qu’inattendu 

 

Pour incarner la Région, elle passe donc beaucoup de temps a sillonner tous les départements et cantons d’Occitanie et distribue des subventions à tout venant : 1500 € pour du matériel de sport, un peu plus pour une piscine intercommunale, etc. Ce qui est fort éloigné des objectifs visés par la réforme territoriale, notamment une plus grande lisibilité des compétences entre collectivités locales et l’allégement de leurs coûts de gestion. À ce sujet, Jean-Luc Ferré apporte dans ce dossier des éléments d'information très intéressants sur les surcoûts induits par la fusion des équipes administratives des deux anciennes régions. On apprend par exemple qu’à effectif constant et sans mobilité géographique forcée, les mises à niveau salariales et sociales se traduisent, pour la première, par 4 millions d’euros par an, et pour la seconde 2 millions. Beaucoup d’autres informations figurent  dans ce beau travail journalistique au style clair et imagé - qui restera comme une référence – que je ne peux évidemment pas reprendre ici. Sa lecture s’impose donc à tous ceux qui s’intéressent à la vie politique et économique de  cette région.