Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Avec Hamon, à gauche de la gauche, la "guerre" aura bien lieu !

 

Dès aujourd'hui, la dynamique de la campagne présidentielle va prendre un nouveau tour. Benoît Hamon devra d'abord rassembler ce qui ne peut pas l'être, ou de façon formelle. Les soutiens de Valls, et lui-même le premier, ne feront évidemment pas campagne pour Hamon. Le clivage politique et idéologique est trop profond. Les frondeurs, minoritaires à l'Assemblée, voulaient cette primaire pour abattre Hollande et Valls. C'est fait ! De ce point de vue, la primaire a parfaitement bien fonctionné en  écartant toute possibilité de synthèse. Non seulement le vainqueur va devoir combattre avec des troupes très divisées, mais, surtout, il devra le faire dans un champ politique, à gauche d'abord, lui aussi radicalement clivé.

 

Un coma suivi d'une très longue période de convalescence dans l'opposition

 

Et ceux qui croient qu'avec Hamon un "projet commun de gauche" pourrait être établi avec la "France Insoumise" de Mélenchon se font de douces  illusions. C'est au contraire un combat sans merci qui va s'ouvrir, dès lundi, entre un "PS Hamonien" et les partisans de Mélenchon. Car c'est bien de ce côté-là que va se jouer la survie du PS. Sur sa droite, en effet, Macron a déjà préempté une grande partie de son électorat modéré – celui de Valls compris. L'alternative est donc simple. Soit le PS d'Hamon fait plier Mélenchon en récupérant une part de son programme et de ses électeurs potentiels, et il peut espérer faire bonne figure à la présidentielle. Soit il n'y parvient pas, et, sinon sa mort, en tout cas un profond coma lui est, si je puis dire, promis à partir de mai-juin ; un coma suivi d'une très longue période de convalescence dans l'opposition. La reconquête de l'hégémonie, à gauche de la gauche, vient de s'ouvrir... ça va cogner !