Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

2017 ne pourra pas qu’être le théâtre d’une campagne sécuritaire et identitaire

En week-end du 15 août difficile de ne pas penser à la rentrée politique en approche. Comme je le disais dans un édito précédent, la période actuelle est plus que particulière et c’est pourtant bien dans celle-ci que vont s’écrire les lignes de campagnes pour 2017. Alors, s’il est désormais certain que la campagne présidentielle, à droite, comme à gauche, sera axée autour de la question sécuritaire, identitaire et celle du terrorisme islamiste (et cela ne peut que nous faire penser aux mois qui ont précédés le 21 avril 2002), je me demandais, quelles thématiques, autre que celles citées précédemment, allaient faire vivre cette campagne présidentielle. Il est évident que, comme tous les 5 ans, les questions « techniques » et économiques, principalement inscrites autour de la conjoncture et non pas à propos de nos structures, seront aux coeur des débats. Pour autant, quelques indicateurs s’offrent à nous pour tenter de voir émerger d’autres problématiques, plus sociétales et davantage structurelles. Un exemple : l’écologie. Après avoir reçu la COP21 et le temps qui avance, les enjeux écologiques ne peuvent plus que prendre une place conséquente dans les programmes nationaux des candidats à la Présidence de la République. Mais d’autres sujets, peut-être moins habituels, moins attendus, quoique, peuvent trouver leur place dans le débat politique national. 
 
Le revenu universel a toutes ses chances de donner lieu à un débat passionnant
 
Début août, Nicolas Sarkozy, plausible candidat LR pour 2017, s’est déclaré « pas du tout contre » le cannabis. Si concernant ce thème, le quinquennat de François Hollande en aura avant tout retenu un « couac » de l’ancien Ministre de l’Education, Vincent Peillon, les deux camps politiques peuvent sans doute le soulever l’an prochain dans leurs axes de campagne. Cette phrase de Nicolas Sarkozy d’ailleurs, dont on ne sait pas si elle est un dérapage ou d’un propos sincère, s’avère très intéressante pour peut-être réussir, dans les mois qui arrivent, à donner une place à un sujet traité régulièrement de la même manière. Effectivement, le débat sur la légalisation ou la dépénalisation du cannabis date, mais s’est toujours vu « renvoyé à plus tard » avec un même argument : « la priorité n’est pas là ». Troisième thématique probable, celle des institutions. Plus les mandats présidentiels s’enchaînent, plus les questionnements autour des institutions de la Vème République persistent et s’amplifient. F. Hollande lui même, nous laisse peut-être un indice; il y a quelques semaines, en considérant que « tout remonte au Président », et suggérant la suppression du poste du Premier Ministre. Effectivement, au coeur de débats à gauche il y a une quinzaine d’années, au coeur de la campagne de JL.Mélenchon en 2012, l’enjeu de la « République du Numérique », du régime présidentiel ou parlementaire, a ses chances d’être l’un des sujets de la campagne. Un thème sur lequel je reviendrais d’ailleurs dans les semaines qui arrivent. Il reste néanmoins un sujet institutionnel qui, logiquement, après une succession d’échecs, et une invisibilité de ses succès, s’installera sans aucun doute dans la campagne présidentielle : l’Europe. La question ici reste de savoir quelles seront les volontés et perspectives qui seront données à l’UE… Enfin, un concept qui ces dernières années est apparu dans l’espace public, médiatique et notamment européen : celui du revenu universel. La Suisse, la Finlande, les Pays-Bas prennent à bras le corps ce sujet et les signes d’existence, de cet enjeu dans le débat public, se multiplient. Que cela soit le Rapport Sirugue (Député PS), remis au gouvernement, sur le revenu universel, le souhait de Frédéric Lefebvre (Député LR) « d’une allocation universelle de 800 à 1000€ en France » ou l’intérêt et la volonté donnés, à ce choix de société, par des parlementaires de notre région (Roland Courteau (Sénateur PS) et Marie-Hélène Fabre (Députée PS),  le revenu universel a toutes ses chances de donner lieu à un débat passionnant sur l’avenir de notre société. Voici un projet intéressant et pertinent, peut-être même consensuel, qui devra avant tout faire face à ses futurs détracteurs qui brandiront, hélas par populisme, le drapeau de l’assistanat.
 
Quelques pistes de réflexion, qui, il faut le dire, sont aussi des souhaits pour ne pas voir cette campagne s’enfermer dans un débat, tristement, identitaire et sécuritaire.