Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Terrorisme islamiste : les Etats occidentaux ont tout faux

Les terroristes islamistes ont frappé par deux fois cette semaine. D’abord dans une boite de nuit fréquentée par des homosexuels, à Orlando en Floride. Ensuite, au domicile d’un commandant de police à Magnanville, dans les Yvelines. Les attentats se répètent et se ressemblent. Les terroristes se suivent et présentent tous le même profil. Pourquoi ne parvenons-nous pas à prévenir ces tueries ? Parce que nos gouvernants, et les clercs de la caste politico-médiatique, ne se posent pas les bonnes questions.
 
La réaction de Barack Obama, suite à la fusillade d’Orlando qui a fait 50 morts, la pire dans l’histoire des Etats-Unis, est particulièrement éclairante. Incapable de dénoncer le terrorisme islamiste, incapable de nommer les choses, le 44ème président des Etats-Unis s’est contenté de dénoncer « un acte de terreur et de haine ». Cet homme représente l’ère de la communication, du vide. Tout juste bon à débiter les éléments de langage les plus creux, pour ne pas froisser la sacro sainte diversité, le multiculturalisme érigé au rang de Saint-Esprit de l’Occident moderne. Preuve de sa nullité crasse, les journalistes français se sont empressés de saluer cette allocution pleine de moraline, digne du pire de ce que peut déclarer François Hollande.
 
Le réaliste Donald Trump
 
Dans le même temps, le réaliste Donald Trump, auquel on pourrait reprocher beaucoup de choses, mais certainement pas d’être conscient du danger posé par l’islamisme, était conspué pour des propos de bon sens : « Parce que nos dirigeants sont faibles – j’ai dit que cela allait arriver – et cela ne va qu’empirer. J’essaie de sauver des vies et d’empêcher le prochain acte terroriste. Je ne peux plus me permettre d’être politiquement correct. » Puis, le candidat républicain à la Maison-Blanche a tenu parole, en franchissant allègrement les frontières de cette police de la pensée qui nous tue : « (dans les communautés musulmanes), ils n’appellent pas la police, ils ne dénoncent pas au FBI. Il y a des milliers de gens qui vivent aux Etats-Unis et qui ont la même haine dans leur cœur que lui (Omar Makeen), et nous devons savoir qui ils sont ».
 
On serait tentés de dire que c’est strictement la même chose en France, mais que nous savons déjà qui « ils » sont. Les profils des terroristes, depuis Mohamed Merah jusqu’à Larossi Abballa, tueur d’un commandant de police et de sa femme hier soir à Magnanville, sont identiques. Ils sont des islamo-racailles, nourris au rap violent, à l’infraculture francophone la plus débile, et radicalisés pour se purifier après une jeunesse de crimes et de délits. Ils sont tous Français de papiers, ou binationaux. Ils avaient tous la haine de la France chevillée au cœur. Ils étaient tous connus des services de renseignement. Ils avaient tous été relâchés par une justice laxiste, qui a du sang sur les mains. Ils sont des centaines de milliers, simples sympathisants ou prêts à passer à l'action.
 
Une justice laxiste, qui a du sang sur les mains
 
Idem pour Omar Makeen connu du FBI, et qui travaillait pour une société de sécurité privée. Il détenait donc légalement des armes pour son travail au sein de la société G4S Security. Un policier qui avait travaillé avec Omar Makeen n’avait pas manqué de dénoncer les comportements malsains du terroriste, accusé de tenir des propos haineux. Par peur d’être accusée de racisme, la société G4S Security n’avait rien fait, comme le rapporte USA Today. Les Américains ont peur de l’amalgame que fait régner la terreur dite « antiraciste », à l’identique des Français. Le monde occidental dans son ensemble est frappé d’hébétude, plongé en dormition, incapable se défendre correctement faute de pouvoir répondre à l’ennemi qui l’a désigné. Jesse Hugues, leader du groupe Eagles Of Death Metal, victime du terrorisme au Bataclan, a ainsi été censuré par le festival Rock En Seine pour avoir osé poser la question du recrutement des personnels des sociétés de sécurité. Il faut comprendre qu’environ 9 agents sur 10 appartiennent aux minorités ethniques. Confions-nous notre sécurité à des barbares censés nous protéger d’autres barbares ? Rome en fut détruite. Et dire que certains veulent armer ces gens, parfois repris de justice, ou fichés S (82 parmi les 3000 agents embauchés pour assurer la sécurité des fan zones de l’Euro 2016)...
 
Omar Makeen et Larissa Abballa ont tué au nom de l’Etat Islamique. Etaient-ils des « loups solitaires » ou appartenaient-ils à un réseau ? Au fond, cela ne fait aucune différence. L’Etat Islamique a donné des consignes strictes : ses sympathisants doivent tuer dès qu’ils en ont l’occasion. Préférentiellement, des « mécréants », catholiques pratiquants, homosexuels, plus généralement des « idolâtres ". Quand des personnalités politiques, ou médiatiques, à l’instar de Pascal Nègre auteur d’un tweet honteux, osent établir un parallèle entre La Manif Pour Tous et l’attentat d’Orlando, elles sont doublement coupables. Coupables d’assimiler un combat idéologique non violent, sans haine et sans reproche, à l’horreur la plus pure. Coupables de ne pas comprendre la nature de l’ennemi.
 
Il ne faut plus finasser. Il est temps d’agir. Il est temps d’arrêter de réciter le catéchisme bien pensant. Fini les « je suis » x ou y. Maintenant nous devons militer pour que les Etats prennent les mesures qui s’imposent. Commençons d’abord par interner de force, expulser et déchoir de la nationalité française, tous les fichés S pour islamisme. Empêchons les djihadistes dits « français », ou binationaux, de revenir sur le territoire national. Arrêtons aussi de cautionner une politique d’immigration massive qui nous oblige à renoncer à tout ce que nous sommes, matrice de la présence de l’islam terroriste, et de l’islam politique, en France et en Occident. Nous n’en sommes qu’au début de cette guerre. Une armée patiente, fourbit ses armes, entrainée à nous haïr. Nos dirigeants se sont montrés inaptes, il faut les remplacer avant que ne soyons nous-mêmes définitivement remplacés.