Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Tarn et Garonne / Christian Astruc soutient Macron

A n’en pas douter, le 23 avril 2017 marquera l’histoire politique de la Vème République. Après le grand bouleversement auquel nous avons assisté, mon sentiment est partagé. Une nouvelle fois, la droite extrême parvient à se hisser au second tour en réalisant son meilleur score à l’occasion d’une élection présidentielle. Les Tarn-et-Garonnais ont plus que d’autres accordé leurs suffrages à Marine Le Pen, qui arrive en tête dans notre département. Je veux croire qu’il s’agit là d’un vote de protestation, conséquence de l’incapacité des dirigeants successifs à résoudre les problèmes concrets des français, de l’incurie de certains d’entre eux et de la marginalisation de pans entiers de notre territoire. Même si je regrette leur choix, je peux comprendre l’amertume et entendre la souffrance de ceux qui ont opté pour le Front National. Je constate aussi l’éviction des candidats des deux grands partis structurant la vie politique de notre pays depuis plus de trente ans. Les partis traditionnels privilégient depuis trop longtemps les postures, notamment dans l’opposition systématique et stérile au camp d’en face, quelques soient les propositions qu’il défend, bonnes ou mauvaises. Mus par leur intérêt propre plus que par celui du pays, ils se sont tournés vers la conquête du pouvoir et des mandats électifs par leurs membres, au détriment de la promotion de valeurs, d’idées, de projets. Autrement dit, il se sont concentrés sur la défense de leur « fonds de commerce » plutôt que de l’intérêt général. Il était donc temps de tourner la page, de construire des majorités nouvelles transcendant le clivage droite-gauche, des majorités de projet. Dès 2015, nous nous y sommes employés en Tarn-et-Garonne avec l’accession aux responsabilités départementales du groupe des « mobilisés pour le Tarn-et-Garonne », composé de femmes et d’hommes provenant d’horizons variés, persuadés que les différences sont une force et réunis par la seule volonté de faire gagner notre territoire. Le Tarn-et-Garonne est ainsi le seul Département à ne se revendiquer d’aucune étiquette partisane. Aujourd’hui, c’est cette même démarche qui, au niveau national, a été plébiscitée par les français avec le succès d’Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. Celui-ci a su, en moins de douze mois, bousculer le paysage politique français, voire lui porter un coup fatal, tout en proposant aux citoyens un projet crédible, raisonnable et équilibré cherchant, au-delà des solutions simplistes et radicales, à concilier efficacité, équité et bon sens. Face aux fractures qui émaillent la société française, à l’atonie économique de notre pays et la misère qui l’accompagne, aux menaces extérieures qui émergent à nouveau, au défi du terrorisme, l’heure est au rassemblement de toutes les bonnes volontés attachées aux valeurs de la République et à l’idée européenne. J’appelle à réaliser ce rassemblement derrière le seul candidat capable de l’incarner : Emmanuel Macron. (communiqué de Christian Astruc, président du département Tarn et Garonne)

Aboonement 100% numérique