Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Trémège a la tête de la grande agglo Tarbes-Lourdes Pyrénées. Une surprise qui a un air de revanche

Il n'était pas le favori, et les socialistes (avec Jean Glavany en coulisses) semblaient être sûrs de leur coup. Le maire de Tarbes a repris la main en terres bigourdanes. PR vous en dit plus.

Photo : Facebook

 

La politique réserve souvent des surprises, en Bigorre comme ailleurs. Le 9 janvier dernier, le maire LR de Tarbes, Gérard Trémège, a été élu président de la nouvelle agglomération Tarbes-Lourdes Pyrénées … Plutôt une surprise sur un territoire sociologiquement plutôt ancré à gauche. Que s'est-il passé ?

 

Un vote qui a surpris les socialistes

 

Au premier tour ils étaient quatre en lice. Gérard Trémège avait alors viré en tête avec 47 voix, contre 41 à Yannick Boubée (maire d'Aureilhan), 31 à Jean-Claude Beaucoueste (maire de St Pé de Bigorre) et 14 à Jacques Lahoille (maire d'Oursbelille). Un résultat qui sonnait déjà l'alerte dans le camp des socialistes … Leur comptage de départ n'était pas bon. Certaines voix attendues n'étaient pas au rendez-vous. Un constat qui sera le même au second tour dans lequel l'édile tarbais virait une nouvelle fois en tête avec sept voix d'avance. Un camouflet pour Yannick Boubée qui était pourtant donné dans la peau du favori. Les petits maires, ceux pour qui l'étiquette politique n'a finalement que peu d'importance, ont sans doute fait pencher la balance. Pour les vice-présidences, le climat du scrutin fut houleux … Le premier vice-président est un proche du maire de Tarbes, Patrick Vignes (maire de Laloubère), un membre du premier cercle depuis de très longues années. La bataille fut donc rugueuse pour la deuxième vice-présidence. En effet, Josette Bourdeu (maire PRG de Lourdes) s'est retrouvée face à la concurrence de Jean-Pierre Artiganave (ancien maire de la même ville), qui avait soutenu Gérard Trémège durant le vote. Un match dans le match, une réplique de la dernière élection municipale lourdaise … Finalement la majorité des élus, qui n'avait apparemment que faire des jeux politiques, a soutenu largement Josette Bourdeu (87 voix contre 39). Comme une partie d'échecs bien difficile à suivre … A noter la présence parmi les vice-présidents d'un élu tarbais, Jean-Claude Piron, là-aussi un très proche de Gérard Trémège.

 

Les petits maires, ceux pour qui l'étiquette politique n'a finalement que peu d'importance, ont sans doute fait pencher la balance

 

 

Une victoire qui vient de loin

 

Cette campagne, "GT" comme le surnomme le landerneau, l'a longuement mûri. Elle lui tenait à cœur … C'est fin décembre que le maire de Tarbes a adressé un courrier à l'ensemble de ses homologues de cette nouvelle grande agglo pour annoncer sa candidature. Pourtant, tout avait été enclenché il y a déjà plusieurs mois. Meurtri par les affaires judiciaires qui l'ont touché ces derniers temps, Gérard Trémège n'avait jamais baissé la garde. Lui qui a travaillé au développement de sa ville depuis trois mandatures avait une vraie vision pour l'avenir de l'agglomération … En off, il cachait de moins en moins ses ambitions, et multipliait les rencontres. Il a même pris le temps de dialoguer personnellement avec la quasi totalité des maires concernés. Ce combat c'était aussi pour lui une revanche … L'homme n'avait pas oublié comment il avait été évincé il y a trois ans de la présidence du Grand Tarbes par le socialiste Charles Habas. En arrière plan se jouait d'ailleurs un duel avec l'homme de l'ombre de ce scrutin, un certain Jean Glavany. Malgré tous les obstacles dressés contre lui, Gérard Trémège a une nouvelle fois remporté le bras de fer face à l'ennemi de toujours … Cette rancoeur vis-à-vis du député socialiste, "GT" l'avait notamment exprimé dans son livre "Mon chemin" paru il y a quelques semaines.  Le maire de Tarbes savoure donc. Le député fait grise mine. Le proverbe dit donc vrai : « On n'est jamais mort en politique ». Certains l'avaient oublié.

 

Le +

 

Notons qu'avec près de 130 000 habitants, l'agglomération Tarbes-Lourdes Pyrénées est la cinquième de la grande région Occitanie.

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique