Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Sandrine Floureusses : "Une circonscription, ça ne s'hérite pas, ça se gagne"

Sur cette 5e circonscription de la Haute-Garonne qu'elle connaît si bien pour y être née, y avoir grandi et bâti sa vie personnelle et professionnelle et pour y creuser avec application un sillon politique à son image, Sandrine Floureusses s'est lancé un nouveau défi : être élue députée. Comme toujours, elle s'est jetée dans l'aventure avec application et détermination. Il faut dire que la politique c'est son adrénaline, le don de soi son oxygène, l'attention portée aux autres (et en priorité aux plus modestes) son moteur, la ténacité sa marque de fabrique. Tout au long de la campagne de proximité exemplaire qu'elle a menée, on l'a vue sur tous les terrains, en premier lieu sur celui des idées. Convaincue qu'"une circonscription, ça ne s'hérite pas mais ça se gagne", elle attend le verdict des urnes avec sérénité. Quel que soit le résultat dimanche soir, elle sait qu'elle a gagné la confiance de tous les siens pour sa constance dans l'engagement au service des autres en même temps que le respect de ses concurrents pour sa détermination à ne jamais rien lâcher même quand les vents contraires soufflent un peu trop fort.


Le coeur à l'ouvrage

S'il en est une dont on peut légitimement dire qu'elle est une "enfant du pays", c'est bien Sandrine Floureusses. Le territoire compris entre Launaguet et Fronton, entre Grenade et Villemur, entre Castelginest et Saint-Jory, entre Aussonne et Bouloc, entre Castelnau-d'Estretefonds et Saint-Alban, c'est son "petit pays" à elle, la native d'Aucamville. Elle le connaît par coeur. Elle l'arpente depuis des années à la rencontre des femmes et des hommes qui y vivent et y travaillent. Elue pour la première fois à Saint-Alban en 1989, elle a fait son apprentissage dans les pas de Louis Bonhomme, figure de la gauche locale, avant de devenir à son tour conseillère générale du canton. On est en 1998. Débute alors pour la jeune élue socialiste une séquence politique dense marquée par un engagement total en faveur de l'emploi. A la tête du comité de bassin d'emploi du Nord toulousain qu'elle crée sitôt élue au Département, elle se démène sans compter auprès des maires et des entreprises pour aider les chômeurs à retrouver un emploi. Celle qui est aujourd'hui vice-présidente du Conseil Départemental en charge du développement économique dispose d'une incontestable expertise dans le domaine de l'emploi et d'une solide réputation de bosseuse.

Défendre "sa" circonscription à Paris

Admiratrice de Jaurès, de Mandela et de Simone Veil, Sandrine Floureusses aime les combats difficiles. Celui des législatives n'est pas le moindre. Quand les états-majors parisiens socialistes et écologistes ont décidé en début d'année que sa circonscription faisait l'objet d'un accord sur son dos au profit d'une candidate écolo méconnue, elle a accusé le coup mais, tenace, elle est aussitôt remontée en selle. Aujourd'hui, c'est à une autre adversité qu'elle doit faire face : celle des sondages qui donnent partout en France les candidats d'En Marche en tête des intentions de vote.

 

Pour représenter un territoire, il faut bien le connaître

 

Qu'à cela ne tienne, celle que veut être "une députée libre" à l'écoute de son territoire qu'elle connaît comme personne achève sa campagne sans se préoccuper de l'air du temps. "Pour prétendre être la porte-parole d'un territoire, il fait avant tout le connaître". Forte du soutien de ses fidèles militants et de la grande majorité des élus socialistes et radicaux de la circonscription, Sandrine Floureusses ne néglige aucun marché, aucune commune. Au côté de son suppléant Daniel Régis, elle répète son crédo : solidarité et justice sociale pour tous. Comme Michel Rocard qui détestait les modes et la superficialité, Sandrine Floureusses fait de la politique avec sérieux et hônneteté. On saura ce dimanche si ça paye.

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique