Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Primaire de la droite et du centre / « L’Aveyron, une terre de droite modérée »

A l'issue du scrutin du 20 novembre, le secrétaire départemental des Républicains en Aveyron, Sébastien David (conseiller départemental, élu à St Affrique), s’est dit satisfait de la forte mobilisation pour ce premier tour de la primaire de l’union de la droite et du centre. Sur le plan national, l’objectif d’égaler le PS en 2012 en termes de mobilisation du corps électoral a largement été atteint. Surpassé. En Aveyron comme en Occitanie, et à l’image de la tendance nationale, le vote Fillon s’est imposé, avec une nette envolée du « troisième homme ».

Sébastien David / Crédit photo : Le Progrès St Affricain

 

Politic Région : Vous attendiez-vous à une telle mobilisation, et celle-ci a-t-elle été à la hauteur dans le département de l’Aveyron ?

Sébastien David : Pour nous c’était une première. On avait vu comment la gauche avait procédé, elle avait réussi un exercice démocratique, et l’idée c’était de se caler sur ce système-là. Pour une première, on trouve que la méthode d’organisation a plutôt bien fonctionné, et qu’au final la fréquentation des nombreux bureaux de vote ce dimanche a été au dessus de nos références. Donc ça veut bien dire que, médiatiquement et politiquement, les Français, les Aveyronnais ou les habitants de la région voulaient une primaire. Donc nous sommes pour le moment ravis, l'exercice est déjà réussi.

 

PR : Avez-vous été surpris par le résultat du scrutin ?

S.D : J’ai été surpris par deux choses. La première est que tout le monde s’était focalisé sur le duel Sarkozy/Juppé. On voyait tout de même dans la dernière ligne droite que la tendance François Fillon montait, mais par contre les sondeurs ne communiquaient absolument pas sur des hypothèses telles que celles qui sont apparues dimanche ... On note donc qu’entre les résultats des sondages et la vérité, il y a un monde. Il peut tout de même y avoir des explications à cette surprise : Notre électorat n’est pas un échantillon normal de la population, ils est toujours délicat de déterminer un corps électoral dans le cadre d' une élection interne. On vote également sur des identités, donc la volatilité du vote est quand-même importante. Je suis même convaincu qu’il y a des gens qui avaient décidé de voter pour quelqu’un – peut-être Fillon – mais qui ont voté Juppé au final ... Alors que dans une élection normale, quand on a Sarkozy contre Hollande, on vote pour l’un ou l’autre selon de vrais clivages programmatiques et idéologiques. Cette élection dans la même famille politique permet donc de changer de candidat au dernier moment, ce qui est moins le cas dans une élection traditionnelle inscrite dans la Constitution.

 

On vote avant tout sur des identités, donc la volatilité du vote est quand-même importante

 

PR : En Aveyron, le vote a été visiblement à l’image des tendances régionale et nationale ...

S.D : L’Aveyron est une terre de droite, mais c’est quand-même une droite qui est très modérée. Il y a eu des députés centristes pendant de très nombreuses années, notamment sur la circonscription de Rodez et dans le Nord-Aveyron. Même les terres du Sud-Aveyron, plutôt à droite, sont des terres très modérées. Donc avec du recul, je me dis que ça se comprend.

 

PR : Face à la gauche, au Front National ou à Emmanuel Macron, partagez-vous comme nombre de vos confrères le sentiment que votre vainqueur a de fortes chances de remporter l’élection présidentielle ?

S.D : A mon sens, le vainqueur de notre primaire sera le futur président de la République. Pour la primaire, on fait un choix personnel. Mais en revanche en tant que secrétaire départemental, mon rôle consiste à être le garant de l’unité de la famille. Au premier et au second tour, on fait des choix. Une fois qu’on a décidé du candidat, il est important de rappeler que nous serons tous derrière lui à l’élection présidentielle.

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique