Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Les indiscrets de la vie politique

Chaque semaine le politologue Stéphane Baumont vous fait partager les dessous, les petits bruits de la politique


 

1/ Une dénonciation du protectionnisme : Le FMI et l'OMC ont publié Lundi 10 avril un rapport appelant les Etats à "promouvoir la formation pour contrer les conséquences parfois négatives du commerce international" qui souffre d'une impopularité pas toujours justifiée ... Les deux Institutions reconnaissent que le libre-échange a laissé trop de gens de côté. C'est le 10 avril que le FMI et l'OMC ont signé avec l'OCDE et la Banque Mondiale un communiqué dénonçant la montée du protectionnisme.

2/ Le populisme selon l'Institut munichois IFO et Clément GUEST son Président : "L'économie du populisme présente trois caractéristiques : 1/ La première est d'opposer systématiquement une élite supposée corrompue à un peuple présenté comme homogène, vertueux et honnête. 2/ La deuxième est de rejeter l'immigration et la liberté du commerce international. 3/ La troisième est de proposer des solutions économiques à court terme, toujours tournées vers l'expansion budgétaire. Les populismes préconisent systématiquement la relance budgétaire". Quant à une éventuelle victoire de Marine LE PEN, "elle déstabiliserait la croissance de toute la zone euro" selon l'économiste M. SBAIHI.

3/ BREXIT : Le point de vue de Paul JORION : (Economiste et anthropologue) : "Pour ne pas se déjuger, Londres s'efforcera de déguiser le maintien du statut quo en rupture brutale, ce que le BREXIT aurait dû signifier. La preuve aura été faite que si les britanniques méprisent le continent, ils n'ont jamais pu non plus s'en passer". Selon l'économiste, "le processus s'enlisera sans jamais atteindre son terme : un divorce de ce type requiert bien d'avantage que les deux ans envisagés : jusqu'à dix même !".

4/ Jean-Louis NADAL, Président de la Haute Autorité de la vie publique (verbatim) : "C'est l'effet paradoxal de la transparence qui, parce qu'elle met en lumière les pratiques contestables sur le plan éthique, laisse à penser que la classe politique est plus corrompue que par le passé, alors qu'il n'en est rien. Il faut faire le pari d'un changement à long terme des comportements des responsables publics, sous l'effet conjugué du renforcement des règles et sanctions. Il faut promouvoir une culture de l'intégrité publique ... Le renforcement de notre cadre national d'intégrité est un enjeu majeur et l'exemplarité des responsables publics en est un pilier. Il nous faut organiser une meilleure coopération entre institutions et nous attendons beaucoup de la nouvelle agence anti-corruption". Et le Président NADAL d'ajouter : "Historiquement la transparence n'a jamais fait partie de la culture française". A la Haute Autorité de faire face demain aux conséquences des échéances électorales avec pas moins de 7000 nouvelles déclaration qu'il faudra contrôler.

5/ L'avertissement de cinq professeurs de droit : Qui rappellent opportunément que "La Constitution donne trop de pouvoir au Président pour le confier au FN". Ils soulignent que "les pouvoirs que la Constitution de 1958 accorde au Président de la République sont bien trop importants pour être confiés à quiconque pourrait ne pas respecter les principes de la démocratie libérale (le pluralisme, la tolérance, l'esprit d'ouverture) et de l'Etat de droit (le respect de la règle de droit et des juges qui sont les garants ... ni le Parlement, ni le Conseil Constitutionnel ni les juges ne seraient en mesure de faire obstacle à une utilisation arbitraire de l'article 16 dont les dangers ont dès l'origine été vivement dénoncés)".

6/ "Dans l'enfer de MONTRETOUT" : C'est le dernier livre d'Olivier BEAUMONT, grand reporter au "Parisien", chargé notamment du FN. Il raconte l'histoire du FN et des LE PEN à travers le prisme de l'hôtel particulier de MONTRETOUT. En un peu moins de 400 pages, O. BEAUMONT décrit avec force, anecdotes et précision, une saga familiale et politique dont le point d'attache reste cette bâtisse de 430m2 qui ressemble à une ruine. On retiendra tout particulièrement le chapitre consacré à Marie-Caroline LE PEN, fille bannie du clan par son père il y a près de 20 ans.

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique