Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Les indiscrets de la vie politique

Chaque semaine le politologue Stéphane Baumont vous fait partager les dessous, les petits bruits de la politique


 

1/ Verbatim de Christophe BARBIER : "Il y a de la fraternité dans les délires guévaristes de J.L. MELENCHON ou la muséographie gaulliste de Nicolas DUPONT-AIGNAN ; il y a de l'obtus dans le technocratisme macronien et dans l'étatisme hamoniste. Le clos et l'ouvert ne classent pas les candidats, il distinguent les électeurs. Entre l'âme close et l'âme ouverte, il y à l'âme qui s'ouvre".

2/ Et la culture ? : Pour Jacques ATTALI "cette campagne est sans doute la première depuis les débuts de la Vème République qui se termine sans qu'y soient évoquées sérieusement les questions culturelles ... sans que chaque prétendant au trône suprême n'ait fait connaître d'une façon ou d'une autre, l'importance qu'il attache à cet enjeu. Or, les nations meurent quand les polémiques culturelles n'existent plus ... C'est en retrouvant notre créativité collective que l'on rouvrira le bonheur de chacun et le chemin de la prospérité".

3/ Michel SERRES et le Paysan : Pour le philosophe "on est désormais coupé du paysan, le père nourricier de l'humanité, on ne voit plus son travail, sa peine (souvent sa détresse), son produit de base, son lien à la terre. Or il faut trouver la main de l'agriculteur, rétablir la provenance d'un produit afin de relier notre consommation à la nature. Nous avons besoin de ce lien humain".

4/ Les mots selon C. TAUBIRA : "En politique les mots sont soit dénaturés, soit dévitalisés, soit squattés et pervertis. Cela explique l'état de déliquescence et le processus de dépolitisation générale dans lequel nous nous trouvons ... La gauche a renoncé à ses mots, à ses idéaux, à son humanisme, ce qui fait que n'importe quel démagogue arrive à modéliser et à mobiliser les gens. Peut-être la gauche n-a-t-elle plus le courage de penser le monde, la société et la vie à partir de cette colonne vertébrale que sont les mots".

5/ Affaire FILLON, le point de vue d'Y.C. ZARKA : Qui écrit dans sa revue "Cités" (n°69/2017) consacré au juge et à la démocratie : "La France est l'une des seules démocraties occidentales où les politiques possèdent une immunité de plus en plus insupportable. Il est clair que ceci ne peut pas durer si l'on entend rendre austérité et crédit au politique ... Vivant hors du monde commun, le politique ne se rend même plus compte de ses pratiques exorbitantes. Et quand il s'excuse, cette excuse ne vaut pas reconnaissance d'une faute commise mais d'une distance avec le sentiment de l'opinion". Et l'auteur de rappeler que la "légitimité de titre" (acquise par l'élection) doit être confortée par une "légitimité d'exercice" présidant au contrôle du pouvoir". A relire "Repenser la démocratie" de Y.C. ZARKA.

6/ "Rupture historique de la démocratie" : Tel est le constat du Professeur Pierre ROSANVALLON qui considère que nous assistons "à la disparition d'une démocratie de représentation où le parti politique répondait à une demande sociale où il était l'image résumé d'un groupe social, d'un ensemble d'opinions. Elle s'efface au profit d'une démocratie d'identification radicalement différente : le candidat fait une proposition au pays à laquelle des individus adhérent ou non. Nous passons à un système d'offre pas de demande ... Nous sommes en train de vivre une élection historique de rupture démocratique".

7/ MARCEL GAUCHET et MACRON : Pour le philosophe "E. MACRON est le premier vrai libéral, au sens philosophique du terme, à surgir sur la scène politique française depuis très longtemps ... Le projet MACRON est sous-tendu par le principe d'équité préféré à celui d'égalité ... le principe d'équité consiste à donner plus à ceux qui ont le moins".

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique