Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Les indiscrets de la vie politique

Chaque semaine le politologue Stéphane Baumont vous fait partager les dessous, les petits bruits de la politique


 

1/ Un "dégagisme" économique ? : Pour le journaliste P.A. DELHOMMAIS, "c'est toute une conception idéologique et archaïque de l'économie dont la France est en train de se débarrasser", et de commenter les déclarations de Martine AUBRY : "Tout ce à quoi j'ai cru. Quand la lutte contre les déficits a remplacé le projet de société, la politique a reculé, on a cassé la politique". Pour DELHOMMAIS, "Martine AUBRY reste le symbole pathétique d'une gauche française rejetant la transformation du monde, parce que celle-ci remet en question ses dogmes et les fondements de sa foi".

2/ L'historien Vincent FERRE et GAMBETTA : Pour l'historien, il ne voit pas comment, pour le moment, chez MACRON, l'arrivée d'une couche sociale nouvelle au pouvoir, mais plutôt le maintien d'une élite technocratique. Concernant le libéralisme aussi bien économique que sociétal, MACRON trouve la voie d'une synthèse entre la droite juppéiste plus libérale et la gauche moderne qui, elle, se détache d'une gauche plus raide sur la laïcité. Et l'historien de souligner que "l'ascenseur social a besoin d'une remise en route et d'un grand discours mobilisateur".

3/ Pour vivre mieux faut-il jeûner ? : Le gérontologue Valter LONGO, apôtre de la "diète de longévité", prône un régime hypocalorique et de courts jeûnes pour retarder le vieillissement et lutter contre les maladies. Cette "fameuse" diète est un régime végétarien avec l'apport de poisson trois fois par semaine. Les graisses, sucres et protéines sont réduits. Il faut notamment faire deux fois par an des jeûnes de cinq jours. Le jeûne permettra peut-être de combattre la maladie mais il est urgent d'attendre ... avant de vider nos réfrigérateurs. Reste selon les spécialistes "qu'il ne faut pas brûler les étapes et se jeter sur une thérapie qui n'a pas été démontrée par des études randomisées et qui représente des risques potentiels".

4/ Mars, la "prochaine grande mission" : Selon Jacques-Yves Le GALL, Président du CNES puis à partir du 10 juillet de l'Agence Spatiale Européenne qui nous délivre quelques réponses : "Pourquoi Mars ? Parce qu'on sait que Mars a été habitable mais on ne sait pas si Mars a été habitée. La meilleure façon de répondre à cette question est d'y envoyer des gens. Il y a le projet irréaliste d'Elon MUSK d'envoyer une colonie de mille personnes et le projet de la NASA beaucoup plus crédible de construire une mission spatiale de 60 tonnes dans laquelle l'élément essentiel serait un potager pour des cultures hydroponiques". Et d'ajouter que "le spatial devient un secteur économique à part entière".

5/ François BAZIN juge MACRON : Et écrit dans Le Monde du 25 juin 2017 : "Le bonapartisme porte en lui une tentation autoritaire mais la référence du Président n'est pas RICOEUR mais MACHIAVEL : MACRON a lu "Le Prince". Il sait que la tactique de conquête n'est pas la même chose que celle de la conservation du pouvoir. Dans la conquête il était le renard, rusé et duplice. Une fois élu, il est le lion, explicite, vertical, jupitérien. Et il prend tout". A lire de François BAZIN "Rien ne s'est passé comme prévu, les cinq années qui ont fait MACRON" (Editions R. LAFFONT, 512 pages).

6/ La "Banque de la démocratie" reportée : Devant la complexité du sujet et les sévères critiques du Conseil d'Etat, le gouvernement va revoir sa copie et procédera par ordonnance sur ce dispositif destiné à financer les partis. Le Conseil d'Etat se demande en quoi cette "nouvelle banque serait nécessaire afin de garantir la transparence du financement de la vie politique, alors que le présent projet de loi crée déjà directement, aux mêmes fins, un médiateur du crédit aux candidats et aux partis politiques". L'avis du Conseil d'Etat n'est que consultatif mais ses remarques pèsent lourd.

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique