Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

La guerre du papier n'aura pas lieu entre Toulouse et Montpellier

La chasse au Baylet est ouverte en Occitanie. Le maire de Béziers avait montré la voie cet été lors de la féria en lâchant les chiens contre le ministre toulousain, nouveau propriétaire des quotidiens régionaux en Languedoc-Roussillon. Aujourd'hui une nouvelle polémique éclate ...


Le groupe de presse familial vient d’essuyer un nouveau tir rapproché. Le coup est parti cette fois du quartier de la Cépière à Toulouse, à deux pas seulement du siège de son journal. Sur le blog politique de France 3 Midi-Pyrénées, Laurent Dubois révèle en avant-première que la nouvelle région Occitanie s’apprête à signer un chèque de 4,3 millions d’euros pour imprimer son propre journal sur les rotatives du patron de presse. L’information n’est pas un scoop en soi(e). La Dépêche du Midi imprimait déjà les journaux de la région Midi-Pyrénées, ce qui ne manquait pas d’alimenter les soupçons de complaisance des élus de l’opposition. Avec une question digne de la poule et de l’oeuf : qui, de Martin Malvy, ancien journaliste et président (PS) de la région, ou de Jean-Michel Baylet, jusqu’alors inamovible président du PRG, profitait de l’autre ? Mais selon Laurent Dubois, le groupe Dépêche aurait cette fois été sélectionné en dépit d’une offre moins coûteuse. Un concurrent proposait d’imprimer le journal avec une ristourne de 430.000 euros. De quoi alimenter les accusations de favoritisme. A l’hôtel de région, on rétorque que le nouveau marché qui sera signé permettrait au contraire d’économiser 500.000 euros par an.

Alimenter les soupçons de complaisance des élus de l’opposition

Les opposants de Carole Delga, qui a succédé à Martin Malvy à la tête de la nouvelle région, n’ont pas manqué de réagir en s’indignant haut et fort. Le FN dénonce “la République des copains et des coquins” tandis que la droite suggère aux élus du PRG de s’abstenir de voter le futur marché, “ vu la proximité entre les instances de leur parti et ce groupe de presse qui est de notoriété publique ”. Les concurrents écartés, eux, restent muets. Sollicité, le groupe Maury, éditeur historique du Journal de Millau, a préféré ne pas commenter sa défaite annoncée. Le patron aveyronnais de ce groupe familial, qui possède désormais des imprimeries dans toute la France et travaille pour la presse nationale, ne semble guère enclin à mettre le feu aux papiers dans la région. Il faut comprendre M Maury. Contrairement à la télévision régionale, il vit encore (et plus encore) que la famille Baylet du papier.

 

Les affiches de Robert Ménard pour attaquer Midi Libre

 

Les révélations de Laurent Dubois ont éclipsé d’autres chiffres, livrés par son collègue Fabrice Valéry. L’audience de la presse ne cesse de dégringoler : La Dépêche ne vend plus que 145.000 exemplaires par jour, Midi Libre 108.000 exemplaires. Les chiffres sont encore plus déprimants à Perpignan (47.000 ex pour L’Indépendant), Rodez (16.951 pour Centre Presse), Tarbes (10.239 pour La Nouvelle République des Pyrénées) ou Agen (7.180 ex pour Le Petit Bleu). Tous les chiffres sont consultables ici. Dans ce contexte, la perspective d’un marché de plusieurs millions d‘exemplaires tient du miracle. La dernière livraison du journal de la région, qui vient justement d’arriver dans les boites aux lettres, a été tirée à 2,8 millions d’exemplaires ! Selon nos informations, une partie a été imprimée en région parisienne. Il y aura peut-être aussi un “lot de consolation” avec le marché du magazine touristique de la nouvelle région, qui vient de faire l’objet d’un autre appel d’offre.

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique