Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

Gers / Michel Gabas "rebelle, mais pas insoumis !"

Les prochaines élections législatives (11 et 18 juin) promettent d'être électriques en Gascogne. Dans la 2ème circonscription, le maire d'Eauze Michel Gabas, a décidé de ne pas tenir compte de l'investiture que son parti (LR) a délivré à l'adjointe au maire de Vic-Fezensac, Barbara Neto. Il l'avait déjà annoncé en juin dernier dans nos colonnes, il sera bien candidat ... Il est même prêt, et a lancé officiellement hier sa campagne à Auradé, en compagnie de Christiane Pieters qui sera sa suppléante. Le PS sortant, le FN, En Marche !, et donc même Les Républicains ... Parti sous la bannière du mouvement "Unis pour le Gers", Michel Gabas ne semble craindre personne, et prévient : "Je ne suis pas dans un moule ! Faire de la politique autrement, certains en parlent, nous on préfère le faire !"

Michel Gabas et Christiane Pieters "unis pour le Gers" / Photo : PR

 

Direction Auradé, commune de près de 700 âmes située à quelques kilomètres de Lisle-Jourdain : « C'est la première commune du canton … par ordre alphabétique », nous confie avec sourire le maire et conseiller départemental, Francis Larroque. C'est l'endroit choisi par Michel Gabas pour donner le « top départ » de sa campagne législative. L'édile de la capitale de l'Armagnac, Eauze, ne manque pas de panache et a donc décidé de partir en campagne sans l'investiture de son parti (Les Républicains) : « Je n'ai pas souhaité être dans les manigances, dans les petites combines, pour obtenir une investiture. Les Français ne regardent plus les étiquettes, ils sont un peu perdus, et ils recherchent de la sincérité avant tout. Au-delà de nos convictions personnelles, il faut savoir travailler avec tout le monde. » Celui qui est également conseiller départemental ne part pas seul au combat, et sa suppléante est bien connue en terres lomagnoles. Il s'agit de Christiane Pieters, maire de Castéron, vice-présidente de la Chambre d'Agriculture et ancienne conseillère régionale. Cette dernière est apparue plus déterminée que jamais lors de ce lancement : « Je n'avais pas forcément pensé repartir pour une nouvelle campagne, mais je pense que le message porté par Michel est essentiel : défendre le rural ! Dans un monde incertain pour le monde agricole, les futurs députés auront notamment pour mission de discuter sur la PAC* de 2020 … Il y a de vraies problématiques à porter. » Et Michel Gabas d'enfoncer le clou sur ses objectifs de campagne : « J'ai de vrais axes à mettre en avant: la défense de nos agriculteurs et viticulteurs, la désertification médicale et le soutien à notre culture gasconne ! » Ce dernier point sonne comme un clin d’œil à l'association « Esprit du Sud 32 » initiée par André Daguin : « La gastronomie, la chasse, la tauromachie … Autant d'éléments qui constituent la Gascogne, et dont nous devons être les défenseurs. Regardez, même notre rugby est en danger. » Une allusion à peine voilée aux déboires économiques du FC Auch Gers …

 

Je n'avais pas forcément pensé repartir pour une nouvelle campagne, mais je pense que le message porté par Michel est essentiel (C.Pieters)

 

Sans langue de bois, et en portant le slogan « Mon parti, c'est le Gers ! », Michel Gabas s'est d'ailleurs amusé à tacler certaines idées « parisiennes » : « Le microcosme politique prévoit de réduire le nombre de parlementaires. Mais n'est-ce pas encore élargir le fossé qui existe déjà entre le monde rural et les métropoles ? Ce type d'idées bafoue la notion d'équilibre territorial. Que veulent-ils ? Un seul député dans le Gers, qui devra couvrir un territoire allant de Miélan à Pujaudran ? Nous devons nous défendre, et c'est tout le sens de ma candidature. » Michel Gabas et Christiane Pieters ont donc affûté leurs armes, et prévoient une campagne « dans la modernité », et avec une « dynamique d'équipe ». Site internet, vidéos, clip de campagne, présence sur les réseaux sociaux, 18 réunions thématiques, un grand meeting retransmis sur You Tube, des bérets, des polos … Tout semble prêt pour cette campagne législative qui ne durera que quelques semaines à l'issue de l'échéance présidentielle : « Je veux incarner l'alternance en terres socialistes », promet même Michel Gabas, qui s'est également entouré d'un comité politique formé de nombreux élus.

 

La santé, la grande oubliée

 

Michel Gabas est pharmacien (« Oui j'ai un métier, je ne suis pas un élu hors-sol »), et son sujet phare reste la désertification médicale : « Aucun candidat à la présidentielle n'a pris conscience de la gravité de la situation. » Celui qui vient d'initier le projet d'une maison médicale dans sa commune d'Eauze propose de « revaloriser les honoraires et les conventionnements en zones rurales. » Et d'ajouter : « Il faut suivre l'exemple du maillage territorial des pharmacies, et prendre une mesure coercitive. Nos élus doivent arrêter de se plier aux exigences du lobby des médecins. Il en va de l'avenir de territoires entiers ... »

 

Un sujet de prédilection, la culture gasconne comme étendard, une équipe motivée de 120 sympathisants à ses côtés, le maire d'Eauze est donc bel et bien lancé dans ce nouveau challenge politique : « Ne vous inquiétez pas, j'ai pris des vitamines ! »

 

Christiane Pieters et Michel Gabas lancent leur campagne / Photo : PR 

 

* PAC : Politique agricole commune

 

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique