Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Gers / Législatives : Bouleversements en vue

Le paysage politique est en passe d'être bouleversé dans le Gers. Le PS qui compte aujourd'hui deux députés sur deux, est clairement en danger, d'autant que le patron du département, l'ancien ministre Philippe Martin, a décidé de ne pas repartir sur la première circonscription. État des lieux.

Gisèle Biémouret, Philippe Martin, Franck Montaugé sont dans le flou avant les élections législatives. Que va t-il se passer ? / Photo : Fcbk

 

Quid de la première circonscription ?

 

Habileté politique ou manque de courage ? Le Président du Conseil départemental Philippe Martin (qui a toujours été un proche de Laurent Fabius, et qui a défendu bec et ongles Benoît Hamon lors de la dernière élection présidentielle) a décidé de ne pas repartir au combat, et de soutenir le maire de Clermont-Pouyguillès, Francis Dupouey (qui est également dans sa majorité départementale), dont il sera même le suppléant. Mais la partie risque d'être difficile, très difficile pour les socialistes. En effet, c'est Emmanuel Macron qui est arrivé largement en tête dans le Gers, autant au premier tour qu'au second tour, avec des scores même impressionnants (environ 70%) sur certaines villes de cette circonscription (à Auch, Pavie, Marciac, Nogaro …). Ainsi Francis Dupouey va devoir s'employer pour battre plusieurs adversaires qui sont aujourd'hui en capacité de lui faire barrage, voire plus. Il y a donc désormais dans la peau du quasi favori le candidat fraîchement investi par « La République en Marche », Jean-René Cazeneuve, n°3 du Groupe Bouygues mais également élu auscitain et vice-président du « Grand Auch ». Cette investiture a fait grincer des dents dans le landerneau car certains y ont vu l'illustration presque quasi parfaite de la guerre des nerfs qui a lieu depuis de longs mois entre Philippe Martin et Franck Montaugé (sénateur-maire d'Auch). Afin de mettre un terme à toutes les hypothèses évoquées en coulisses, ce dernier a été obligé de pondre un tweet pour bien signifier qu'il ne trahissait pas les siens : « #legislatives2017 Je soutiens la candidature de Francis Dupouey et @pmartin_32 de loin les meilleurs candidats pour la 1re circo du #Gers. » La campagne risque donc d'être très tendue sur le terrain entre le PS et les équipes de Macron. D'autant qu'il y aura également deux trouble-fêtes : Le maire UDI et conseiller départemental de Riscle, Christophe Terrain (ancien patron de Vivadour), et également la frontiste Nathalie Pierreisnard. Il faudra même se méfier du FN car autant il a été contenu par l'effet Macron lors de l'élection présidentielle, autant il avait effectué d'excellents scores lors des scrutins précédents (européennes, départementales et régionales).

 

Jeux très serrés dans la seconde circonscription ?

 

Il faut compter bien entendu dans cette circonscription sur la sortante, la socialiste Gisèle Biémouret. Elle a une implantation locale forte depuis des années, et peut compter sur un réseau d'élus encore présent malgré les turpitudes de l'actualité politique nationale … Oui mais voilà, et si le « dégagisme » débarquait en terres gasconnes ? Pas impossible. Il a 32 ans, responsable d'équipe dans un centre agroalimentaire, et ancien cadre départemental de l'UDI … Christopher Soccio représentera « La République en Marche » sur cette circonscription, et veut profiter de la dynamique Macron. Mais il ne sera pas seul à contester la députée sortante. En effet, trois autres candidats sont également dans le jeu. Le maire et conseiller départemental d'Eauze, Michel Gabas, fort de son implantation locale et du soutien du mouvement « Unis pour le Gers », a décidé de porter une candidature axée sur l'identité gersoise. Ce dernier fera une campagne sans étiquette (lui qui est membre des Républicains), et s'opposera donc à l'adjointe de Vic-Fezensac, Barbara Neto, qui elle portera les couleurs LR-UDI … Comme un match dans le match ! Il faudra aussi compter sur le FN et son candidat, le viticulteur Thomas Guasch, qui vise ouvertement une victoire via une triangulaire. Il est d'ailleurs à noter la règle concernant les triangulaires : Il faut obtenir 12,5% des inscrits pour pouvoir se maintenir au second tour. La partie ne sera donc pas évidente pour obtenir le fameux sésame, d'autant que la participation sera loin d'être égale à celle des Présidentielles. La campagne s'annonce déjà passionnante en Gascogne.

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique