Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview
L'Occitanie ... En marche ? Enquête de PR

François Hollande était à Nîmes hier

François Hollande aime la région Occitanie. Deux déplacements en moins d'une semaine, mais avec des messages bien différents.


François Hollande était donc à Nîmes hier après-midi. Accompagné par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, le chef d’État est arrivé dès 15 heures pour présider la cérémonie de fin de scolarité des 239e et 240e promotions de gardiens de la paix de l’École nationale de police de Nîmes. Si, dans le Gard, sa dernière venue remontait à 2012, il était déjà dans notre région Occitanie samedi dernier. Le président de la République était alors passé par l’Aude et la Haute-Garonne, avec au programme le 350e anniversaire du Canal du Midi à Castelnaudary, la visite de l’entreprise Sigfox à l’IoT Valley de Labège et celle de l’école primaire d’Ayguesvives, avant son discours final à la salle de l’Orangerie où il souligné l’importance de la recherche, de l’enseignement et de l’innovation. Hier à Nîmes, c’était l’enjeu sécuritaire qui a primé, alors qu'il y a quelques jours à peine le Premier ministre Manuel Valls a déclaré que l’état d’urgence allait probablement « être prolongé de quelques mois », et ce notamment en vue de la campagne présidentielle.

Une attaque de grande envergure a été évitée

Le terrorisme ? Le fait du moment, une guerre qui ne fait sans doute que commencer ... Comme un symbole, le Président Hollande a profité de sa venue dans le Gard pour se recueillir sur la stèle d'Abel Chennouf à Manduel, une victime de Mohamed Merah. Par ailleurs, "Une attaque de grande envergure a été évitée" a affirmé François Hollande hier après-midi lors de sa visite à l'école de police de Nîmes. Il a précisé que les cinq hommes récemment interpellés sur Strasbourg et Marseille préparaient un attentat pour le 1er décembre ... La tension est plus que jamais vivace.

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique