Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Aveyron / L’orientation budgétaire 2017 vue par le maire de Rodez

Vendredi, s’est déroulée la séance municipale de Rodez, avec notamment pour thème majeur l’orientation budgétaire. Le maire Christian Teyssèdre défend l’action qui est la sienne et celle de ses élus, estimant investir et produire davantage dans un contexte de baisse de dotations. Les 15 millions d’investissements confortent l’élu dans sa politique d’autofinancement sans recourir à l’emprunt.

C.Teyssedre et son équipe avancent de nouveaux projets

 

C’est un point sur lequel Christian Teyssèdre, maire socialiste de Rodez, insiste et qui lui vaut parfois les remarques de Rodez Citoyens ou des élus de l’opposition lors des séances municipales. Le premier magistrat défend catégoriquement la bonne gestion économique de sa ville, pas peu fier d’investir davantage dans un contexte marqué par la baisse des dotations globales de fonctionnement. Pour l’année à venir, l’élu avance un montant total des investissements avoisinant les 15 millions d’euros et ce sans emprunter. « D’un point de vue financier, nous avions un 26,4 millions de dettes en 2013, contre 14,6 d’ici 2017 » ; « soit une baisse de près de 45 % » , renchérit-il, évoquant le résultat des économies de gestion et de la fin de « dépenses inutiles ». « C’est en mettant fin à celles-ci que nous avons aujourd’hui une capacité d’investissement importante. » L’épargne nette, elle, aurait grimpé de 2,6 à 6,5 millions d’euros. Des chiffres à priori prometteurs qui conforteraient la préfecture de l’Aveyron en matière d’autofinancement, dans l’optique de joindre l’utile à l’agréable. Car d’après Christian Teyssèdre, « les Ruthénois sont aussi sensibles à l’esthétique ».

 

« Une ville plus facile à vivre et plus agréable »

 

L’orientation budgétaire de 2017 conforte la politique menée par l’actuelle majorité qui entend rendre la ville « plus facile à vivre et plus agréable ». Au-delà de l’embellissement du cœur de ville, le maire entend aussi aller « dans tous les quartiers et proposer des aménagements utiles » et donner de ce fait « une belle image, mais pas que du centre-ville ». Un parking supplémentaire verra le jour tandis que la destruction d’une série de maisons, rue Béteille, débutera l’an prochain, et un jardin public aménagé à l’horizon 2018. La municipalité entend aussi s’occuper des entrées de ville, ciblant le quartier Saint-Eloi ou la liaison entre Bourran et le musée Soulages. Les élus projettent par ailleurs d’aménager des « city stades » dans les quartiers de Gourgan et Saint-Félix, sans oublier les maisons de santé ou la mise en place de la vidéoprotection. Les travaux menés place de la Cité feront l’objet d’une démarche de démocratie participative, probablement au mois de janvier. En amont du conseil municipal, et en termes de convivialité, le maire de Rodez avance trois facteurs-clés : l’esthétique dans le choix des matériaux, les espaces verts et les terrasses de café, tout en se montrant rassurant vis-à-vis des commerçants : « On va leur donner la place qu’ils demandent. » Le coût de ces travaux parmi d’autres est significatif et constitue en partie le montant total des investissements. Dans un mois, le conseil municipal doit se réunir en vue de voter le budget de 2017.

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique