Retrouvez Polic Région sur Facebook Retrouvez Polic Région sur Twitter Retrouvez Polic Région sur google + Retrouvez Polic Région sur Flickr Retrouvez Polic Région sur Youtube

Macron a terminé sa campagne à Albi et Rodez
La droite occitane commence à se diviser : Analyse
Haute-Garonne / Législatives, le grand flou
Faisons connaissance Mr Méric ! Portrait d'un "atypique libre"
Gilles Verdez publie un brûlot politique. Interview

Aveyron / "En Marche !" vers l’élection présidentielle

Suite à la candidature hier à l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron, le référent aveyronnais de son mouvement "En Marche !" fait le point sur le phénomène suscité par l'ex-ministre de l'économie. Directeur de cabinet du maire de Rodez, Thomas Mogharaei, est animé par l'envie de construire l’alternative aux côtés des citoyens.

Thomas Mogharaei derrière Macron

De l’Oustal des Aveyronnais à Bobigny (Seine-Saint-Denis) où il a officialisé sa candidature à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron est le phénomène politique du moment. A la veille de la primaire de la droite et du centre, il a envoyé un signal fort, grillant même la politesse au chef de l'Etat, potentiel candidat à la primaire de la gauche. Quitte à causer par la même occasion du tort au maire de Bordeaux, Alain Juppé, soutenu par la famille centriste mais dont certains sympathisants sont également séduits par l’ancien banquier d’affaires. Récemment encore lors d'une réunion publique, le président d’honneur de l’UDI 31, et sénateur-maire de Revel Alain Chatillon, mettait en garde l'assistance contre l’adversité que celui-ci pourrait représenter. Sur le terrain le référent aveyronnais du mouvement "En Marche !", lancé en avril dernier par l’ex ministre de l’Economie, tient à situer son action bien loin d’un quelconque « positionnement politique », affirmant par ailleurs que « nous avons été approchés par de nombreux partis ». Thomas Mogharaei œuvre donc à sa structuration à l’échelle départementale : « C’est un temps de travail important », nous confie ce proche de Christian Teyssedre. Mais à 26 ans, le jeune directeur de cabinet du maire de Rodez – lui aussi actif dans le sillage d’Emmanuel Macron – attend beaucoup de la démarche instiguée par l’ancien ministre qui s’attaque aux clivages traditionnels. C’est avant tout un besoin de renouveau que met en exergue le référent départemental d’"En Marche !", conformément à l’opinion contestataire aujourd’hui connue de tous. « Sur 577 députés, 40 % en sont à leur 3e mandat », observe t-il, constatant aussi les phénomènes politiques, les bouleversements même, aux Etats-Unis, en Grèce, en Espagne ou au Royaume-Uni. « C’est déroutant : ça casse le cadre politique classique. »

 

« Réformer et faire avancer le territoire »

 

Construire l’alternative aux côtés des citoyens, et les amener à se « rapproprier » la vie politique de leur territoire – tout en les incitant à développer un esprit critique « en fonction de leur quotidien » – demeurent les véritables défis de la démarche initiée par Emmanuel Macron. « L’appropriation de la chose publique, c'est ça le véritable objectif. » Il va falloir « réformer » et « faire avancer les territoires », en construisant un dialogue durable et participatif avec les électeurs, et non réfléchir à un « positionnement politique ».

Pas de «  liste à la Prévert »

Question « renouveau » justement, Thomas Mogharaei salue d’ailleurs l’implication de celles et ceux qui sont issus du monde professionnel, de la société civile, et qui étaient jusqu’ici absents de l'engagement politique. Questionné sur le rôle du maire de Rodez dans la candidature de l’ancien ministre, son directeur de cabinet répond : « C’est quelqu’un qui travaille énormément pour son territoire, et je pense qu’il y a aussi dans sa démarche plus personnelle le fait de se rendre compte qu’aujourd’hui, les apparatchiks ou les partis politiques bloquent beaucoup trop de réformes, davantage pour des raisons politiciennes que de fond. » Question méthodologie le référent aveyronnais d’"En Marche!" réfute la pertinence de la présentation d’ « une liste à la Prévert » car « arriver avec 1.000 pages, ça ne permet pas d’échanger avec les autres ». Une quinzaine d’axes de propositions suffirait à faire avancer la nation. Economie, Europe, sécurité ? Huit d’entre eux ont déjà été définis. « C’est une démarche qui, je pense, est méthodique. Si nous voulons avoir un débat sérieux et substantiel, il faut agir avec méthode : on ne parle pas de tout et de n’importe quoi dans n’importe quel ordre », conclut Thomas Mogharaei, avec l’idée de faire aussi remonter les idées de manière originale depuis la base : les territoires.

 

 

Le + : En Aveyron, "En Marche !" compte près de 270 adhérents contre moins de 150 en juin dernier, et demeure notamment actif sur les agglomérations de Rodez, Villefranche-de-Rouergue et Millau. Sur le plan national, le seuil des 100.000 adhérents a été franchi.

 

 

POUR LIRE LA SUITE DE CET ARTICLE, IDENTIFIEZ-VOUS OU CRÉEZ UN COMPTE :

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
POUR LIRE CET ARTICLE :

Je m’identifie

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Je m’abonne

Consultez nos offres d’abonnement, 
à partir de 9€/an.

VOUS POUVEZ AUSSI ACHETER LE MAGAZINE CONTENANT CET ARTICLE ICI

 

Aboonement 100% numérique